Outre le dosage de la glycémie 2h après charge orale de 75g de glucose, lors du test de tolérance au glucose, cet article propose d’ exploiter la forme de la courbe des glycémies mesurées à 0, 30, 60, 90 et 120 minutes. Pour décrire la courbe quantitativement, un index est calculé en soustrayant la glycémie à 120 minutes à celle obtenue à 90 minutes. Si la diminution est régulière dans la deuxième heure, l’ index sera positif. En revanche, si la courbe est biphasique, c’ est à dire qu’ elle remonte après 90 minutes, l’ index sera négatif. La valeur de l’ index est ajustée pour être indépendante de la valeur absolue de la glycémie. L’ étude, réalisée sur 551 sujets, dont 485 tolérants au glucose et 66 intolérants, montre que la courbe biphasique de glycémie est associée à une tolérance normale au glucose (8,65 fois plus de tolérance normale vs 5,22 pour la courbe monophasique) et au sexe féminin (2,22 fois plus vs 1,1). De plus, parmi les mutations liées à des troubles du métabolisme, un polymorphisme du gène de la calpaine-10 modifie significativement l’ index ajusté de la courbe. Ainsi, même s’ il reste encore à élucider les facteurs physiologiques qui déterminent la forme de la courbe glycémique pendant un test de tolérance au glucose, sa description peut servir pour de larges études épidémiologiques et génétiques.

 

Comment tirer plus d’informations diagnostiques d’un test de tolérance au glucose ? TSCHRITTER O. et al. Diabetes care, 2003, 26, 4 : 1026-33.

Auteur : Otto Tschritter et al.