Taste preferences and body weight change in Japanese adults: the JPHC Study

Une grande étude japonaise prospective sur 10 ans (13 443 hommes, 49,1 ± 5,9 ans, et 15 660 femmes, 49,4 ± 5,8 ans, d’IMC entre ≥ 14,1 kg/m2 et ≤ 39,9 kg/m2) a examiné les liens entre prise de poids à l’âge adulte et préférences pour deux types de goûts : « riche et lourd » (traduction du terme « kotteri » couramment utilisé au Japon), et sucré. À l’inclusion, puis 5 et 10 ans après, les participants ont rempli un questionnaire renseignant taille, poids, régime et préférences alimentaires pour deux périodes : entre l’âge de 20 ans et l’inclusion, puis après les 10 ans de l’étude. Une préférence pour les goûts riches/lourds et sucrés est prédictive d’un gain de poids entre 20 ans et le début de l’étude (p < 0,001). Les odds ratio ajustés comparant les groupes « amateur » et « non amateur » de goûts riches/lourds étaient : 1,45 (1,31-1,61) pour les hommes et 1,28 (1,16-1,41) pour les femmes, et pour le goût sucré 1,22 (1,09-1,36) pour les femmes, sans différence pour les hommes. Durant les 10 années de l’étude, les sujets aimant ou ne détestant pas le goût sucré ont pris significativement plus de poids (respectivement 0,34 ± 0,07 kg et 0,26 ± 0,05 kg pour les hommes et 0,24 ± 0,05 kg et 0,23 ± 0,04 kg pour les femmes) que ceux qui n’étaient pas amateurs (-0,05 ± 0,08 kg pour les hommes et 0,08 ± 0,09 kg pour les femmes). Cette association entre goût et prise de poids n’était pas modifiée après ajustement pour la consommation d’énergie ou le ratio d’énergie provenant des matières grasses. D’où l’importance de politiques de prévention qui dans une approche globale de contrôle du poids prennent en compte les préférences gustatives.


Taste preferences and body weight change in Japanese adults: the JPHC Study. MATSUSHITA Y., MIZOUE T., TAKAHASHI Y., ISOGAWA A. et al. Int J of Obesity, 2009, 1191-1197


Tags:

Auteur : Matsushita Y., Mizoue T., Takahashi Y., Isogawa A. et al.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 40 - Juin 2010 - N40003