Avez-vous déjà prêté attention aux bruits produits dans votre bouche quand vous mastiquez des aliments ?  Cela pourrait-il influencer les quantités d’aliment que vous consommez ? Une équipe s’est intéressée à l’effet du bruit émis quand nous mangeons sur la prise alimentaire, thématique encore peu étudiée dans la littérature.

 

Les bruits de mastication, régulateurs de la prise alimentaire ?

À travers une série de trois expériences menées auprès de centaines d’étudiants universitaires américains, les chercheurs ont démontré qu’attirer l’attention sur le bruit produit lors de la mastication des aliments conduit à une diminution significative des quantités consommées pour les aliments proposés.

Première expérience : un groupe d’étudiants s’est vu demander de manger des cookies soit de façon très bruyante, soit le plus silencieusement possible. Le fait d’attirer ainsi leur attention sur les sons produits en mastiquant diminuait la quantité de cookies consommée par rapport à un groupe témoin ne recevant pas d’instruction particulière (figure 1).

Deuxième expérience : un autre groupe d’étudiants a consommé des bretzels en écoutant une musique plus ou moins forte diffusée dans des écouteurs, afin de moduler le bruit perçu de la mastication. Le fait d’écouter de la musique douce, qui ne couvre pas les bruits intrinsèques provenant de la mastication des aliments, conduisait à une diminution de la consommation de bretzels par rapport à la musique forte (figure 2). Enfin, dans la dernière expérience, les chercheurs ont attiré l’attention d’un troisième groupe d’étudiants sur les propriétés croustillantes et croquantes de chips versus leur saveur et leur goût intense : la consommation était réduite dans le premier cas par rapport au second (figure 3).

 

Un focus forcé sur les quantités consommées

Quels sont les mécanismes susceptibles d’expliquer l’effet du bruit de la mastication sur la prise alimentaire ? D’après les auteurs, être exposé à ce signal auditif permet d’augmenter l’attention portée à ce que l’on consomme. Les sons extrinsèques susceptibles de masquer ce bruit intrinsèque (environnement bruyant) pourraient ainsi être propices à la surconsommation, bien que d’autres facteurs explicatifs aient été avancés (amélioration de l’humeur, etc.). Ces résultats assez novateurs pourront nourrir d’autres études en vue de guider les chercheurs et les praticiens dans l’identification des facteurs pouvant freiner la surconsommation.

 

À retenir :

  • Trois expériences corroborent qu’attirer l’attention sur les sons produits par la mastication des aliments quand nous les consommons diminue les quantités consommées.
  • Le bruit émis par la mastication des aliments pourrait ainsi constituer un régulateur de notre prise alimentaire.

 

Figures : Effet de l’attention portée au bruit de la mastication sur les quantités consommées

 

Source : The crunch effect: Food sound salience as a consumption monitoring cue. Ryan S. Elder, Gina S. Mohr. Food Quality and Preference, 2016

Auteur : Ryan S

Documents supports :
Brèves Nutrition n°73