Assistons-nous à des changements de paradigme ?

De plus en plus, la recherche remet en cause des notions qui faisaient jusqu’alors consensus dans le domaine de la nutrition.

Dans cette édition, deux articles ont particulièrement retenu notre attention car ils illustrent ce constat. Le premier, réalisé par l’Institut des sciences Weizmann d’Israël, montre que le pain complet n’induirait pas forcément une réponse glycémique moins élevée que le pain blanc. La réponse glycémique individuelle pain blanc / pain complet pourrait être prédite par l’analyse du microbiote de l’hôte. L’article remet donc en question la notion d’index glycémique d’un aliment considérant qu’il varie surtout en fonction de l’hôte. Les auteurs soulignent l’importance des recherches à venir sur la compréhension des variations interindividuelles qui pourra, à l’avenir, amener à la personnalisation des recommandations nutritionnelles.

Plus surprenante encore, une étude d’Eweis et al. de l’université Birzeit de Palestine, a porté sur l’association entre consommation de sodas et gain de poids. Il est montré par des expériences menées sur des rats puis chez l’homme qu’une libération de ghréline intestinale (hormone orexigène) est plus importante après consommation d’une boisson gazeuse que plate, qu’elle soit sucrée ou non. Ce serait le dioxyde de carbone qui serait en cause.

Nous ne manquerons pas de suivre pour vous ces évolutions, notamment avec deux grands thèmes qui reviennent de plus en plus souvent dans notre veille scientifique : le microbiote et l’inflammation.

Documents joints