Augmenter la teneur en glycogène hépatique à la suite d’un effort favoriserait les performances lors d’un effort ultérieur ; mais les effets des différents sucres de l’alimentation sur la synthèse hépatique du glycogène sont mal connus.

Lors d’un essai randomisé en double aveugle, 10 cyclistes bien entraînés ont accompli jusqu’à épuisement un exercice sur bicyclette ergométrique. Au cours de la phase de récupération, d’une durée de 6 heures et demie, ils ont consommé 10 verres de l’une des 3 boissons testées, apportant 69 g de glucides par heure (taux saturant le système de transport intestinal) dont 2/3 sous forme de maltodextrine et 1/3 respectivement sous forme de fructose, de galactose ou de glucose. Les concentrations de glycogène hépatique ont été mesurées par spectroscopie du 13C en résonance magnétique. La synthèse de glycogène a été plus rapide avec le fructose (8,1 ± 0,6 g/h) et le galactose (8,6 ± 0,9 g/h) qu’avec le glucose (3,7 ± 0,5 g/h). Le volume hépatique, également mesuré dans cette expérimentation, a augmenté avec le fructose et le galactose, mais pas avec le glucose. Ces différences pourraient être dues aux taux d’absorption intestinale de ces différents glucides et à leur participation plus ou moins importante à la synthèse de glycogène musculaire. Leurs effets différentiels sur les performances lors de la reprise de l’effort restent à définir.

Fructose and galactose enhance postexercise human liver glycogen synthesis.Décombaz J., Jentjens R., Ith M., Scheurer E., Buehler T., Jeukendrup A., Boesch C. Med Sci Sports Exerc, 2011, vol. 43, No. 10, pp. 1964-1971.

Auteur : Décombaz J.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 47 - Avril 2012 - N47008 - Réf. 4707