Effects of energy conditioning on food preferences and choice

Depuis la publication de recommandations nutritionnelles, comme celles de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2003, ont été observés quelques changements dans la consommation des graisses, des sucres et du sel. Cependant, les apports journaliers ne sont pas encore au niveau des préconisations. Pour accroître l’adhésion immédiate et à long terme des populations aux recommandations, il est important de connaître le plus précisément possible les ressorts des choix alimentaires, et ainsi de proposer des solutions adaptées aux attentes du consommateur.

Cette étude a cherché à valider l’hypothèse selon laquelle un choix alimentaire – celui d’un yaourt à boire riche en énergie – pouvait résulter d’un conditionnement implicite basé sur la teneur énergétique. À cet effet, 44 volontaires sains ont consommé le matin à jeun, durant deux semaines (2 x 5 occurrences), alternativement un yaourt riche (225 kcal/200 ml) ou moins riche en calories (57 kcal/200 ml), strictement identiques par ailleurs, en dehors d’une simple pastille de couleur rose ou bleue sur l’emballage. Durant la troisième semaine, les participants choisissaient, parmi les deux types de yaourt, rose ou bleu, celui qu’ils préféraient boire.

À l’issue des deux premières semaines, il a été observé de manière statistiquement significative, que les participants choisissaient de préférence le yaourt le plus énergétique, confirmant ainsi la possibilité d’un comportement acquis par deux semaines de conditionnement.

Les auteurs de cette étude assimilent leur procédure à une forme de conditionnement pavlovien dans lequel un yaourt de saveur neutre était apparié à un contenu énergétique. L’apprentissage associait un signal coloré (la pastille) aux effets post ingestifs du yaourt.

Cette série apporte donc des arguments en faveur du possible conditionnement alimentaire basé sur le simple repérage de l’énergie via l’étiquette de couleur et non pas sur la saveur comme cela a été précédemment décrit. Ces résultats méritent d’être confirmés en dehors de la situation expérimentale d’un laboratoire.

 

Effects of energy conditioning on food preferences and choice. EL-DEREDY W., ZANDSTRA, E.H. Appetite, 2011, 57 : 45-49

 

Auteur : EL-DEREDY, W.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 46 - Décembre 2011 - N46002 (Réf 4686)