Pour étudier in situ la relation entre concentration et potentiel cariogène du saccharose, 12 volontaires sains ont porté un palais artificiel composé de 2 parties portant des blocs d’émail humain, chacune étant soumise pendant 3 périodes de 14 jours à l’un des traitements suivants : eau, solution de saccharose à 1%, 5% 10%, 20% ou 40%. Les 2 traitements testés par période étaient appliqués sur les blocs d’émail chacun d’un seul côté, 8 fois par jour pendant 5 minutes puis l’appareil replacé dans la bouche sauf pendant les repas. L’acidogénicité bactérienne a été évaluée le 13e jour ; l’émail et la composition de la plaque dentaire ainsi que son contenu en polysaccharides insolubles ont été analysés le 14e jour.

Les traitements par des solutions de saccharose à 5, 10 et 20% induisent des concentrations de polysaccharides insolubles dans la plaque dentaire et une perte minérale similaires, sans différences significatives entre elles. En revanche, elles sont statistiquement supérieures à celles trouvées après le traitement à 1% (p<0,01) et inférieures à celles induites par la solution à 40% de saccharose. Il semble donc que le potentiel cariogène de la solution à 1% soit faible et que le seuil pour la formation d’une plaque dentaire possédant des propriétés cariogènes (acidogénicité et composition biochimique) se situe autour de 5 % de saccharose.


Effect of sucrose concentration on dental biofilm formed in situ ad on enamel demineralization. C.P. Aires, C.P.M. Tabchoury, A.A. Del Bel Cury, H. Koo, J.A. Cury. Caries Res, 2006, 40 : 28-32

Auteur : C.P. Aires, C.P.M. Tabchoury, A.A. Del Bel Cury, H. Koo, J.A. Cury

Documents supports :
Brèves Nutrition 28 / Avril 2006 - N28017