Enhancing the agro-industrial value of the cellulosic residues of sugarcane

Cet article décrit les différentes possibilités d’utiliser l’industrie de la canne à sucre pour produire carburants, énergie et produits chimiques auparavant dérivés du pétrole, suivant le concept de la «bioraffinerie» dans lequel la totalité de la plante est employée pour toutes sortes de débouchés favorables à l’environnement. L’emploi d’une variété de canne à sucre très riche en fibre mais plus pauvre en sucre, « la canne énergétique », pourrait conduire à mieux diversifier les produits de la canne à sucre dans les sucreries, le saccharose ne devenant alors qu’un produit valorisé parmi d’autres. Le Laboratoire National pour l’Énergie Renouvelable américain (NREL) a développé une technique de digestion de la biomasse qui pourrait être adaptée à la séparation des composants de la bagasse (lignine, hémicellulose et cellulose), une étape difficile nécessitant actuellement une énergie considérable et constituant une barrière à la valorisation de la bagasse.

La bagasse permet de produire des carburants : éthanol par fermentation, méthane par digestion aérobie, méthanol et gaz de synthèse par conversion thermochimique et bio-huiles ou bio-diesel par pyrolyse rapide. Les produits à base de fibres comme le papier ou les panneaux agglomérés, les textiles en non-tissé et les matériaux composites en plastique ou polypropylène et fibre de bagasse sont aussi des produits dérivés. Enfin, la bagasse peut aussi être convertie en filtre échangeur d’ion, charbon actif, absorbant d’huiles et même en fibre alimentaire !

 

Auteur : Godshall MA

Documents supports :
Brève Technique n°39 / Avril 2005 - L39010