A jeun, le glycogène musculaire et le glucose plasmatique sont les sources prédominantes de glucides, renouvelées par glycogénolyse et glyconéogenèse par le foie essentiellement. Ainsi, la concentration de glycogène dans les muscles et le foie diminue en l’absence de consommation de sources de glucides. Les auteurs de cette étude ont voulu comparer les effets de la consommation de deux sucres, le glucose et le saccharose, sur les stocks de glycogène lors d’un exercice physique d’endurance.

 

Cette étude croisée randomisée en double-aveugle a inclus 14 cyclistes qui ont réalisé deux épreuves de 3h de vélo, à 50% de leur puissance maximale en consommant soit du glucose, soit du saccharose (à un taux de 1,7 g/min). Quatre de ces cyclistes ont également réalisé une dernière épreuve en consommant uniquement de l’eau afin de servir de condition contrôle. Les chercheurs ont mesuré les stocks de glycogène musculaire et hépatique avant et après l’effort par spectroscopie à résonnance magnétique.

 

Dans la condition contrôle, les concentrations de glycogène hépatique et musculaire ont effectivement été diminuées  (de 454 ± 33 à 283 ± 82 mmol/L; P<0,05 et de 111 ± 46 à 67 ± 31 mmol/L; P<0,01 respectivement). Lors de la consommation de glucides, le glycogène hépatique n’a pas été diminué suite à l’exercice, que ce soit avec le glucose (de 325 ± 168 à 345 ± 205 mmol/L) ou le saccharose (de 321 ± 177 à 348 ± 170 mmol/L) alors que le glycogène musculaire a chuté (de 101 ± 49 à 60 ± 34 avec le glucose et de 114 ± 48 à 67 ± 34 mmol/L avec le saccharose; P<0,05), sans différence significative entre les deux traitements. Lors de la consommation de saccharose, l’utilisation des glucides totaux du corps a été plus importante que lors de la consommation de de glucose : 2,03 ± 0,43 vs. 1,66 ± 0,36 g/min (P<0,05). Lors de la consommation de glucose, plus de gras a au contraire été oxydé (0,48 ± 0,12 vs. 0,35 ± 0,15 g/min pour le saccharose; P<0,05), avec finalement une dépense énergétique identique entre les deux traitements.

 

Les auteurs concluent que la consommation de glucose comme de saccharose peut prévenir la chute du glycogène hépatique pendant un effort prolongé, le saccharose permettant en outre d’améliorer l’utilisation des glucides du corps.

 

Ingestion of Glucose or Sucrose Prevents Liver but not Muscle Glycogen Depletion During Prolonged Endurance-type Exercise in Trained Cyclists.

Gonzalez JT, Fuchs CJ, Smith FE, Thelwall PE, Taylor R, Stevenson EJ, Trenell MI, Cermak NM, van Loon LJ.

Am J Physiol Endocrinol Metab. 2015 Dec 15;309(12):E1032-9.

Auteur : GONZALEZ JT

Documents supports :
Brèves Nutrition - Mars 2016 - N63009