Les Amérindiens Pima constituent une population particulièrement affectée par le diabète et l’obésité. Des chercheurs américains ont recruté 406 représentants non diabétiques de cette population pour participer soit à une étude ponctuelle sur la consommation alimentaire quantitative, soit à une étude longitudinale de 8 ans et demi sur l’évolution du poids corporel.

L’absence de diabète était vérifiée par la glycémie à jeun et les résultats de l’hyperglycémie provoquée par voie orale (classiquement par 75 g de glucose). Au cours de ce dernier examen, des échantillons plasmatiques ont été prélevés à intervalles réguliers pour mesurer l’insulinémie et établir la courbe de la sécrétion d’insuline au cours des 2 heures suivant l’ingestion de glucose. Dans ces conditions, la mesure de l’aire sous la courbe donne une indication assez fidèle de la quantité totale d’insuline secrétée pendant cette période.

Les 67 sujets participant à l’étude de la consommation alimentaire ont eu un accès illimité pendant 3 jours à des aliments sélectionnés en fonction de leurs préférences. Une relation inverse a été démontrée entre la valeur de l’aire sous la courbe d’insulinémie et la quantité d’énergie consommée exprimée en valeur moyenne ou en pourcentage de calories requise pour le maintien du poids ; cette relation inverse concernait également la consommation de glucides.

Chez les 339 sujets participant à l’autre étude, plus la valeur de l’aire sous la courbe d’insulinémie était élevée, moins le poids a augmenté au cours du temps.

Pour les auteurs, ces données confirment que la sécrétion d’insuline est un signal négatif de régulation de la satiété et du rassasiement.

Higher incremental insulin area under the curve during oral glucose tolerance test predicts less food intake and weight gain. He J., Votruba S., Venti C., Krakoff J. Int J Obes 2011, vol. 35, No. 12, pp. 1495-1501.

Auteur : He J.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 47 - Mars 2012 - N47009 (Réf 4708)