Le journal « Nutrition Today » propose dans ses numéros de mai/juin et juillet/août 2012, les 2 premières parties d’une revue explorant les données de la littérature scientifique autour de « la science des sucres« . Cette revue en 4 parties est à l’initiative de l’IFIC, International Food Information Council Foundation, et a été dirigée par Marylin Schorin, docteur en biochimie nutritionnelle et membre de l’Association Américaine de Diététique.

 

Les études citées sont essentiellement focalisées sur les Etats-Unis mais les recommandations d’autres organismes tels que l’EFSA, sont également citées. Il ne s’agit pas d’une revue exhaustive de la littérature, mais d’un large aperçu des avis de divers comités, ateliers et équipes de recherche qui ont travaillé sur ces sujets. Dans l’ensemble, le ton est équilibré et peut être une source utile de références.

 

La première partie traite de la terminologie complexe utilisée pour décrire les sucres, évoque la digestion et le métabolisme, et propose un aperçu de la consommation en sucres aux États-Unis.

 

La deuxième partie réfute l’hypothèse de la « dilution des éléments nutritifs » par les sucres (théorie des calories vides). Elle évoque la diversité des recommandations de consommation pour les sucres ajoutés, avec un bref historique concernant les avis sur les liens entre problèmes de santé et sucres. Elle fournit enfin quelques éléments sur les rôles éventuels de l’index et de la charge glycémique dans la perte de poids et le traitement du diabète.

 

La troisième partie aborde les liens entre sucres et diabète, risque d’obésité et santé cardiovasculaire. Elle conclut que le sucre n’est pas à l’origine du diabète et que des quantités modérées de sucres peuvent être intégrées à l’alimentation des diabétiques. Le sucre ne semble pas être un facteur de risque indépendant de maladie cardiovasculaire même s’il peut élever la triglycéridémie et la pression artérielle. Aucun aliment n’est la cause unique de l’obésité et les preuves que la consommation de sucres, sous ses différentes formes, mène à l’obésité sont insuffisantes.

 

La dernière partie traite du rôle des sucres dans la santé dentaire, le comportement et les performances mentales et physiques.

Cette revue conclue plus généralement que la plupart des questions liées aux sucres concernent la surconsommation plutôt que les sucres en eux-mêmes.

 

Sources :

The Science of Sugars, Part 1 Schorin et al. , 2012 Nutr Today 47(3):96 – 101

The Science of Sugars, Part 2: Sugars and a Healthful Diet

The Science of Sugars, Part 3: Sugars and Chronic Disease Risks

The Science of Sugars, Part 4: Sugars and Other Health Issues