La consommation de fructose a considérablement augmenté ces dernières décennies surtout aux USA. Des auteurs ont montré qu’un excès de fructose alimentaire pouvait conduire à une surcharge hépatique en lipides ainsi qu’à leur fixation sur les muscles, potentiellement génératrice d’anomalies de la tolérance au glucose, voire à la survenue d’un diabète de type 2. Cette succession d’événements délétères pourrait même se voir aggravée lorsque le fructose est pris en association au glucose.

Cette étude a été menée pour comprendre ce qui se passe, lorsque la consommation de fructose demeure dans les limites des apports habituels de la population américaine. Il s’agissait d’estimer la fixation de lipides au niveau intrahépatiques et musculaire, par tomodensitométrie et imagerie par résonnance magnétique respectivement, chez 80 volontaires sains (âgés en moyenne de 42 ans) durant 10 semaines. L’intervention randomisée a consisté en une consommation de lait demi-écrémé sucré par du saccharose (SACC) ou du sirop de maïs riche en fructose (SMRF). Cette consommation correspondait à 8, 18 ou 30% des apports énergétiques d’entretien soit le 25e, 50e et 90e percentile de consommation courante de la population.

Les résultats obtenus n’ont pas retrouvé d’élévation des lipides intrahépatiques, ni de dépôts au niveau musculaire, contrairement à d’autres séries qui avaient employé du fructose pur et à des doses très supérieures. Les auteurs n’ont pas identifié une différence d’effets entre la consommation de lait avec SACC ou avec SMRF. À l’exception des triglycérides, les paramètres lipidiques sanguins n’ont pas été affectés par l’expérimentation.

Malgré une durée d’intervention relativement courte et l’absence de représentation de la frange de population la plus forte consommatrice de SMRF, en l’occurrence les adolescents ; les auteurs concluent que lorsque les apports en fructose respectent les limites de consommation conseillées, cela ne conduit pas à une accumulation de lipides dans le foie ou dans le tissu musculaire. Ils s’interrogent sur la pertinence quantitative du concept de lipogenèse de novo pour la consommation conjointe de fructose et de glucose dans ces conditions usuelles.

Consumption of sucrose and high fructose corn syrup does not increase liver fat or ectopic fat deposition in muscles.

Bravo S, Lowndes J, Sinnett S, Yu Z, Rippe J.

Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism, 2013 Feb, 10.1139/apnm-2012-0322


 

Auteur : BRAVO S

Documents supports :
Brèves Nutirtion N° 52 - Juin 2013 - N52007 (Réf. 4481)