Pour déterminer l’influence de la consommation de boissons sucrées sur la glycémie chez le diabétique, 11 hommes diabétiques de type 2 obèses, et 20 hommes normoglycémiques (10 obèses et 10 minces) ont reçu en 2 occurrences selon un schéma randomisé croisé, 2 h après le petit-déjeuner et le déjeuner, soit une canette d’eau sucrée (37,5 g saccharose) vanillée, soit de l’eau parfumée à la vanille (contrôle). Leur glycémie était contrôlée en continu à l’aide d’un capteur sous-cutané abdominal et analysée sur 24 h. Ils devaient se conformer à un régime standard (plats et horaires fixés), apportant 12,2 MJ/jour (56 % glucides, 34 % lipides, 10 % protéines), mais continuer leur activité et leur éventuel traitement hypoglycémiant (n = 8). Durant la période contrôle, malgré un régime équilibré et la poursuite du traitement, la glycémie était élevée (9,1 ± 0,6 mmol/L) et une hyperglycémie (glucose >10 mmol/L) était présente durant 33 ± 8 % des 24H chez les diabétiques contre 5 ± 2 % des 24H chez les sujets normoglycémiques (p<0,01). Celle-ci était essentiellement postprandiale (glycémie = 10,3 ± 0,7, 8,7 ± 0,7 et 7,5 ± 0,5 mmol/L durant les 3 heures suivant le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner respectivement vs en moyenne 6,7  ±  0,5 et 6,5 ± 0,5 mmol/L chez les sujets normoglycémiques minces et obèses respectivement). En revanche, la consommation de 2 boissons sucrées par jour par rapport au contrôle n’a pas modifié la glycémie des 2 premières heures, ni celle des 24 H, dans les différents groupes. L’hyperglycémie postprandiale est donc un problème sous-estimé chez les diabétiques de type 2, même traités, mais une consommation modérée de boissons sucrées n’aggrave pas ce phénomène.


Prevalence of daily hyperglycemia in obese type 2 diabetic men compared with that in lean and obese normoglycemic men : effect of consumption of a sucrose-containing beverage. MANDERS R., PENNINGS B., BECKERS C., AIPASSA T. et al. Am J Clin Nutr, 2009, 90 : 511-8

Auteur : MANDERS R., PENNINGS B., BECKERS C., AIPASSA T. et al

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 39 - Avril 2010 - N39012