La capacité à augmenter les réserves de glycogène musculaire par la consommation de glucides dépend du sexe. En effet, les hommes entraînés sont capables d’ accroître de 23% leur quantité de glycogène musculaire par l’ ingestion d’ une régime riche en glucides* pendant 4 jours alors que, pour les femmes entraînées qui suivent le même régime, elle reste identique. En revanche, si l’ augmentation de la charge glucidique est associée à une élévation des apports énergétiques**, les femmes qui suivent un tel régime sont alors capables d’ augmenter elles aussi leurs réserves de glycogène musculaire de 17% et les hommes de 38%. Ces variations ne sont vraisemblablement pas liées à une différence de fonctionnement de l’ hexokinase dont l’ activité reste la même quels que soient le sexe et le régime suivi. De la même manière, il n’ existe pas de différence de proportion proglycogène / macroglycogène dans le muscle entre les hommes et les femmes, pour les 2 régimes. Reste maintenant à tester si les femmes et les hommes qui ont augmenté leurs réserves de glycogène par un régime riche en énergie et en glucides sont ensuite capables d’ améliorer leurs performances… * + 30% de glucides (75% AET) ** + 30% de glucides (75% AET) et +34% d’ énergie (45 g/kg/j pour les femmes et 54,5 g/kg/j pour les hommes) Gender differences in carbohydrate loading are related to energy intake M. Tarnopolsky, C. Zawada, LB. Richmond, S. Carter, J. Shearer, T. Graham, SM. Phillips McMaster University, Hamilton et University of Guelph, Ontario, Canada J. Appl. Physiol., 2001, 91 : 225-230