La prise alimentaire serait directement régulée par des signaux issus de l’ oxydation des substrats spécifiquement dans le foie (type phosphorylation oxydative ou production d’ ATP), et non par des signaux proportionnels à la masse grasse (type leptine) ou à l’ oxydation globale des substrats. Selon le modèle proposé, une oxydation hépatique élevée des glucides ou des lipides se traduit par un sentiment de satiété plus important. Ce modèle permet, entre autres, de comprendre pourquoi un exercice physique peut accroître ou non la prise alimentaire qui lui est consécutive : lorsque les réserves énergétiques (stockage) sont suffisantes pour fournir l’ énergie nécessaire à l’ activité musculaire, l’ oxydation hépatique n’ est pas affectée et la prise alimentaire est inchangée. A l’ inverse, lorsque l’ exercice nécessite le recrutement des substrats en défaveur de l’ oxydation hépatique, la prise alimentaire est augmentée.

 

 

Fuel partitioning and food intake. FRIEDMAN M.I.  Am J Clin Nutr, 1998, 67 : 513S-518S

Auteur : MI Friedman