Certains jeunes en surpoids ont un sentiment de perte de contrôle vis-à-vis de l’alimentation. Correspondant à l’impossibilité subjective pour un individu de stopper sa prise alimentaire et de contrôler, qualitativement et quantitativement, ce qu’il ingère, ce phénomène expose au risque de prise de poids et de troubles du comportement alimentaire comme le binge eating. La théorie de l’affect suggère que cette perte de contrôle survient lors de phases où le moral est bas et où manger apparait comme le moyen de soulager les émotions négatives.

Cette étude a été menée dans une population de 110 adolescentes de 12 à 17 ans à risque de surpoids (IMC compris entre le 75e et le 97e percentile) et ayant expérimenté une fois dans le mois précédent, un épisode de perte du contrôle alimentaire. L’objectif était de détailler les liens éventuels entre l’état d’esprit avant la prise d’un repas test, l’ampleur de la prise alimentaire, et l’état d’esprit après la prise alimentaire. Les épisodes de perte de contrôle alimentaire ainsi que l’affect – émotions et thymie – étaient évalués par un questionnaire ad hoc, avant et après le repas test, élaboré de façon à favoriser la reproduction d’éventuels épisodes de perte de l’autocontrôle alimentaire.

Les résultats obtenus ont mis en évidence l’association entre un état d’esprit négatif avant le repas et une prise alimentaire qualitativement particulière : plus de glucides, moins de protéines, plus de grignotage et de desserts et moins de fruits et de laitages. Les participantes ont toutes expérimenté une amélioration de leur humeur après le repas test, mais en revanche la prise alimentaire n’a pas paru conditionnée par l’effet post-ingestif. Enfin, quantitativement, les apports n’ont pas été influencés par l’état d’esprit avant le repas.

Malgré ses limites inhérentes au protocole expérimental, cette étude permet d’envisager des mesures d’intervention auprès de jeunes ayant expérimenté la perte du contrôle alimentaire ; par exemple en limitant les apports en aliments hautement palatables, lors des périodes d’humeur négative.

Pre-meal affective state and laboratory test meal intake in adolescent girls with loss of control eating.

Ranzenhofer LM, Hannallah L, Field SE, Shomaker LB, Stephens M, Sbrocco T, Kozlosky M, Reynolds J, Yanovski JA, Tanofsky-Kraff M.

Appetite 2013 Sep;68:30-37.


Auteur : RANZENHOFER LM

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 54 - Décembre 2013 - N54008 (Réf 4512)