L’augmentation du surpoids ces 30 dernières années a été concomitante à un accroissement régulier de la consommation de boissons sucrées dont la teneur en sucres a également augmenté. L’énergie apportée par le sucre sous forme liquide jouerait-elle un rôle dans l’épidémie mondiale d’obésité ? Pour répondre, les auteurs de cette étude ont passé en revue la littérature sur ce sujet et ont identifié et analysé 14 études prospectives et 5 études interventionnelles. La pertinence des résultats a été examinée avant et après ajustement des facteurs confondants. La majorité des études prospectives suggèrent une association linéaire positive entre la prise de boissons sucrées et les changements de poids ou d’IMC, avec une augmentation du risque d’obésité. Néanmoins, seules 3 des études expérimentales semblent le confirmer et les résultats des études prospectives étaient similaires, qu’il y ait eu ajustement pour l’apport énergétique ou non. De ce fait, il n’est pas certain que l’apport énergétique supplémentaire représenté par les boissons sucrées soit impliqué dans l’augmentation du taux d’obésité. Par ailleurs, une grande hétérogénéité dans la définition des boissons sucrées a été observée. Afin de minimiser ce biais, il conviendrait d’établir un consensus pour définir les consommations de boissons sucrées. Il est également nécessaire d’explorer d’autres mécanismes biologiques, notamment les changements dans la réponse en insuline consécutive à la prise de boissons sucrées, pour expliquer la relation entre boissons sucrées et obésité, si celle-ci est réelle.


Intake of calorically sweetened beverages and obesity. NJ Olsen, BL Heitmann. Obesity Reviews, 2009, 10 : 68-75

 

Auteur : NJ Olsen, BL Heitmann

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 35 - Avril 2009 - N35011