Dans un éditorial commentant l’article résumé ci-dessous, Frank B. Hu souligne que, conformément aux recom – mandations actuelles concernant la prévention car diovasculaire, la consommation de graisses saturées et de cholestérol a diminué au profit de celle des glucides complexes. Les études évaluant les résultats de ce changement en termes de prévention effective ont donné des résultats contradictoires. Pour F.-B. Hu, la catégorie « glucides complexes » est trompeuse car elle masque la variabilité de l’index glycémique (IG) des glucides regroupés dans cette catégorie. Or, l’étude de Jakobsen et al. montre que les glucides à IG faible semblent diminuer le risque d’infarctus myocardique, tandis que les glucides à IG élevé l’augmentent. Quelles sont les conséquences pratiques ? Selon l’auteur, deux types de régime se sont montrés efficaces. Le premier consiste à réduire modérément les glucides et à augmenter les lipides et les protéines d’origine végétale. L’autre est le régime traditionnel des populations asiatiques, comportant moins de 20 % de lipides et plus de 70 % de glucides. Ce régime n’est toutefois efficace que si les glucides proviennent de céréales peu raffinées (à faible IG) et de légumes, et à condition que la population soit mince et active. Malheureusement, la plupart des glucides consommés en Occident (pain, pizzas, riz blanc, sucre, préparations diverses de céréales), très raffinés, ont un IG élevé et la population est de moins en moins active… Plutôt que de mettre l’accent sur un seul type de nutriment, les régimes visant à réduire le risque cardiovasculaire devraient privilégier la consommation de graisses polyinsaturées, de fibres et de céréales complètes. Outre son efficacité probable, ce type de régime permet une certaine flexibilité facilitant l’observance.


Are refined carbohydrates worse than saturated fat ? Hu F.-B.

Am J clin Nutr 2010, 91, 1541-2


Auteur : Hu F.-B.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 41 - Septembre 2010 - N41012