L’acquisition de Streptococcus mutans, pathogène cariogène majeur, se produit-elle via la salive maternelle ? Cette étude japonaise applique une nouvelle méthode de génotypage, le typage par séquençage de sites multiples, à l’étude de la transmission verticale de S. mutans chez 20 paires mère/enfant. Dix enfants avaient une dentition primaire (DP, âge 2-6 ans environ; 5 filles), et 10 autres une dentition mixte (DM, 6-11 ans environ; 5 filles). Les séquences de 8 gènes domestiques de S. mutans – aroE, murI, gltA, glnA, glk, tkt, lepC et gyrA, ont été analysées dans 136 souches isolées des échantillons de salive des couples mère/enfant. Une similarité des 8 allèles – définissant un type de séquence (TS) – entre les isolats de la mère et de l’enfant indiquait une transmission, observée dans 70,3 % des cas: 81,3 % du groupe DM et 59,4 % du groupe DP, avec une transmission significativement plus élevée des mères vers leurs filles: 90 % (vs 52,9 % des garçons, p = 0,001). Le TS prépondérant chez la mère (1 à 3 TS) était transmis à son enfant (1 à 2 TS). Deux régions facultatives (TnSmu1 et TnSmu 2) étaient conservées dans les souches de même TS d’une famille donnée, tandis qu’elles variaient entre isolats de même TS issus de différentes familles. Cette méthode a montré que les mères étaient les principales sources de contamination par S. mutans.


Demonstration of mother-to-child transmission of Streptococcus mutans using multilocus sequence typing. Lapirrattanakul J et al.Caries Res, 2008, 42 : 466-474

 


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 36- Juillet 2009 - N36014