Determining the relationship between dietary carbohydrate intake and insulin resistance

Cette revue fait le point sur la nature de la résistance à l’insuline, Alors que les apports de graisses saturées sont indubitablement associés à la résistance à l’insuline et peuvent prédisposer au développement du diabète, la quantité et la nature des glucides ont des effets qui sont moins clairs. En effet, tandis que les sucres simples induisent une résistance à l’insuline chez les animaux, ces effets ne sont pas retrouvés chez l’homme. Les régimes hyperglucidiques qui induisent une perte de poids régulière, sont indiqués chez les obèses chez qui la perte de poids est associée à la durée du régime et à la restriction calorique mais pas à la restriction glucidique. Globalement, les données décrites dans cet article soutiennent l’idée que les régimes hyperglucidiques n’affectent pas la sensibilité à l’insuline et ont en fait des effets bénéfiques. Enfin, les études futures devraient employer des mesures directes de résistance à l’insuline, de préférence le clamp euglycémique-hyperinsulinémique, plus que la simple mesure de l’insulinémie et de la glycémie pour apporter des résultats plus convaincants.


 

Determining the relationship between dietary carbohydrate intake and insulin resistance. MCCLENAGHAN N.H. Nutrition Research Reviews, 2005, 18, 222-240



Auteur : N.H. McClenaghan

Documents supports :
Brèves Nutrition 28 / Avril 2006 - N28010