Les petits déjeuners riches en glucides ou en protéines sont courants aux Etats-Unis. Leur impact sur les variations plasmatiques des acides aminés, tryptophane et tyrosine, par rapport aux autres acides aminés dits neutres (AAN) : phénylalanine, leucine, isoleucine, valine et méthionine, a été évalué. Les deux régimes ont été testés l’ un après l’ autre sur 8 sujets à jeun et les rapports mesurés à différents temps après l’ ingestion (40, 80, 120, 240 min). Le tryptophane comme la tyrosine augmentent avec le régime glucidique et diminuent avec le régime protéique. Les différences entre les deux régimes sont allées jusqu’ à 54% pour le tryptophane, et jusqu’ à 28% pour la tyrosine. Un régime alimentaire ou des aliments riches en glucides devraient donc, selon les auteurs, augmenter considérablement la sécrétion de sérotonine par rapport à celle des catécholamines. Ces variations de neurotransmetteurs au niveau du cerveau expliqueraient les envies de glucides observées pendant les épisodes de dépression, syndrome prémenstruel, obésité…

 

 

Régimes riches en glucides et variations des neuro-transmetteurs. RJ WurtmanJJ WurtmanMN ReganJM McDermottRH Tsay and JF Breu. Am J Clin Nutr, 2003, 77: 128-32

Auteur : JJ Wurtman