Neurophysiological pathways to obesity : below awareness and beyond individual control

Selon cette revue américaine, l’obésité résulte largement de réponses automatiques incontrôlables à un environnement caractérisé par une accessibilité excessive de nourriture et un marketing agressif, conduisant les individus à surconsommer sans en être conscient ni pouvoir se réfréner. Les 10 mécanismes neurophysiologiques en cause sont les suivants : 1) la sécrétion de dopamine en réponse à la nourriture et à des images de nourriture, créant une motivation à manger ; 2) des préférences innées pour le sucre et les matières grasses, en particulier en cas de stress,  des choix d’aliments fournissant rapidement des calories por répondre  à une augmentation des besoins énergétiques   ; 3) des stratégies de survie ataviques, telles la consommation accrue de nourriture en réponse à la variété et la nouveauté ; 4) une inaptitude à estimer  visuellement les volumes ou le contenu calorique, des signaux de satiété internes imprécis basés sur le volume  plus que sur la densité énergétique ; 5) une préférence pour les produits faciles à manger ; 6) l’existence de neurones « miroir », dédiés au comportement d’imitation, pouvant favoriser la surconsommation conviviale ; 7) des réponses conditionnées à des stimuli associant la nourriture avec d’autres plaisirs ; 8) un conditionnement pour certains aliments promus par la publicité, parfois via des messages subliminaux ; 9) l’activation de conduites stéréotypées par identification à des célébrités ou des personnes de l’entourage (le public cible des publicitaires) ; 10)   des consommations impulsives,  des choix alimentaires peu judicieux ,  une maîtrise de soi caractérisée par une « fatigabilité à l’effort ». Pour l’auteur, la tendance naturelle de l’homme étant de manger trop, c’est d’un changement de l’environnement que devra venir le contrôle de l’obésité !


Neurophysiological pathways to obesity: below awareness and beyond individual control. Cohen D.A. Diabetes, 2008, 57 : 1768-73

Tags:

Auteur : DA Cohen

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 39 - Avril 2010 - N39002