Pour contenter les allergiques, les veggies, les adeptes du « sans » en tout genre, on mise désormais sur le modulable, l’assortiment.

Par Stéphanie Noblet


Une fois, deux fois, trois fois, en fin de dîner, j’ai remballé des gâteaux à peine entamés, poliment refusés par nos invités ou dégustés du bout des lèvres en mini-portions.


Non point qu’ils fussent ratés, cramés, brûlés, ­retombés, renversés ou éparpillés : sans forfanterie, ils avaient en théorie tout pour plaire. Ces déconvenues d’un soir faisaient heureusement le bonheur des enfants le lendemain – leur gourmandise primitive a toujours un effet réconfortant…


Lire la suite en ligne : http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2017/03/13/quand-le-dessert-fait-un-four_5093417_4497916.html



Le dessert modulable.