Traditionnellement utilisés pour améliorer la santé intestinale, les probiotiques pourraient également représenter une stratégie efficace pour lutter contre les maladies buccales, notamment l’apparition de caries dentaires et d’infections parodontales. C’est en tout cas ce que suggère cette mini-revue, rédigée par une équipe taïwanaise, qui décrit les rôles bénéfiques des bactéries probiotiques au sein de la cavité buccale et les mécanismes potentiels par lesquels ces bactéries exercent leurs effets sur la santé bucco-dentaire.

 

Des bactéries en équilibre dynamique

Plus de 700 espèces microbiennes peuvent vivre dans la cavité buccale. La plaque dentaire, biofilm à la surface des dents, s’avèrent particulièrement riche en microorganismes qui y adhèrent, le colonisent et s’y multiplient. Si la plupart des bactéries buccales sont inoffensives, quelques-unes peuvent, dans certaines conditions, provoquer des pathologies buccales (carie, maladie parodontale). Ainsi, la consommation de sucres fermentescibles (aliments ou boissons) et le développement de bactéries acidogènes, modifient l’équilibre buccal, accentue la déminéralisation et peuvent ainsi induire la formation de caries. Afin de maintenir l’équilibre du microbiote buccal, le recours aux probiotiques a été envisagé. Leur utilisation bucco-dentaire s’est même accrue au cours des dernières décennies : la consommation de souches probiotiques initialement destinées à améliorer la santé intestinale, pourrait en effet être également bénéfique pour la santé bucco-dentaire.

 

Compétition et modulation de l’inflammation ?

Plusieurs concepts ont tenté d’expliquer l’action protectrice des probiotiques au sein de la cavité buccale (voir figure). Des mécanismes analogues à ceux envisagés pour le microbiote intestinal – à savoir une action à l’encontre des pathogènes et une modulation de la réponse immunitaire de l’hôte– ont été proposés.

Ainsi, les bactéries des probiotiques entreraient en compétition avec celles de la cavité buccale pour leur adhésion, mais aussi leur alimentation, réduisant d’autant la croissance des pathogènes de la plaque dentaire. Les probiotiques produiraient en outre des composés antimicrobiens. En parallèle, les probiotiques moduleraient les réponses immunitaires de l’hôte, notamment via les cellules dendritiques, renforçant la lutte contre les pathogènes et réduisant l’inflammation.

 

Des essais encore nécessaires

Selon les auteurs, si les probiotiques devaient devenir un nouveau moyen de prévenir ou traiter les maladies buccales, des études systématiques et des essais cliniques randomisés seront nécessaires pour identifier les probiotiques les plus efficaces, et déterminer les voies d’administration optimales.

 

À retenir :

  • Caries et maladies parodontales s’avèrent liées à la multiplication de certaines espèces bactériennes délétères.
  • Les probiotiques pourraient représenter une stratégie efficace pour lutter contre ces maladies buccales.
  • L’action des probiotiques reposerait à la fois sur des mécanismes de compétition (sites d’adhésion et alimentation) et de modulation de l’immunité.

 

Source : The implication of probiotics in the prevention of dental caries. Lin TH, Lin CH, Pan TM. Appl Microbiol Biotechnol. 2018 Jan;102(2):577-586.

77010

 

Auteur : Lin TH

Documents supports :
Brèves Nutrition n°77