Cette étude américaine a pour but de caractériser précisément les interactions entre régulation du glucose périphérique et cerveau, notamment la mémoire récente et le volume de l’ hippocampe impliqué dans l’ apprentissage et la mémoire. 30 sujets, âgés de 53 à 89 ans, ont été soumis à un test de tolérance au glucose par injection intra-veineuse. Le test du paragraphe de Wechsler a été utilisé pour évaluer la mémoire récente, ainsi qu’ un test standard d’ appréciation des fonctions cognitives. Les mesures de taille de l’ hypothalamus ont été réalisées via imagerie à résonance magnétique. Indépendamment de l’ âge et des fonctions cognitives générales, les sujets qui ont les taux les plus élevés de glucose, à jeun et après test de tolérance, ont les moins bons résultats aux tests de mémoire et les volumes d’ hippocampe les plus petits. Les auteurs proposent un modèle selon lequel, lors d’ un effort de mémoire, la demande localisée de glucose au niveau de l’ hippocampe entraînerait une chute locale du taux de glucose, qui, mal compensée et répétée, finirait par altérer cette structure cérébrale, connue pour être plus susceptible à l’ hypoglycémie. En conclusion, une association spécifique et significative existe entre la régulation du glucose périphérique et le volume de l’ hippocampe. Reste à savoir si les performances de mémoire et le volume de l’ hippocampe peuvent être augmentés en améliorant la tolérance au glucose…

 

Prévenir les pertes de mémoire liées à l’âge en améliorant la tolérance au glucose ? Convit et al. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 2003, 100, 4 : 2019-2022.

Auteur : Convit et al.