Are energy dense foods really cheaper ? Reexamining the relation between food price and energy density
Le faible prix par kilocalories des aliments énergétiques a été avancé pour expliquer l’épidémie d’obésité dans les milieux défavorisés. Cet article pondère cette assertion en examinant en détail la notion de prix des aliments. Les caractéristiques d’aliments classés en produits frais (PF, fruits, légumes) ou snacks (biscuits, chips…) étaient obtenues sur un site d’e-commerce américain. Les prix les plus faibles étaient pris en compte, comme le prix d’un sac de 2-3 kg pour les pommes. La densité énergétique des snacks était plus de 9 fois supérieure à celle des PF. Le prix au poids étant similaire entre PF et snacks, le coût énergétique des snacks est donc mathématiquement inférieur à celui des PF. Tandis que les prix par unité et par paquet étaient inférieurs pour les PF, le prix par portion l’était pour les snacks, ceci étant lié à une consommation de portions 3 fois supérieures en poids pour les PF. Les auteurs notent cependant que sur la base des prix par portions, il est possible de consommer les rations de PF recommandées pour 0,64 $/jour : encore faut-il avoir accès aux PF les moins chers. En conclusion, le prix d’une portion ou d’un panier de produits paraît plus pertinent que le prix par calorie qui n’est pas affiché et probablement peu évalué par les consommateurs. D’autant que d’autres paramètres variables selon les catégories d’aliments, comme le goût, la praticité, l’aspect santé ou la disponibilité des produits peuvent également influencer le choix du consommateur.

Are energy dense foods really cheaper? Reexamining the relation between food price and energy density.
Lipsky L.M. Am J Clin Nutr, 2009, 90, 1397-401

Auteur : LM Lipsky

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 38 - Décembre 2009 - N38008