Role of sleep timing in caloric intake and BMI

L’éventuelle relation entre sommeil et poids a récemment fait l’objet de recherches. Des séries transversales et prospectives ont identifié un lien entre sommeil de courte durée et le risque d’obésité, la masse grasse plus importante et la prise de poids avec le temps. Au-delà de la durée du sommeil, le déroulement du rythme veille-sommeil pourrait avoir un impact sur l’indice de masse corporelle (IMC) et le profil alimentaire, selon les auteurs de cette expérimentation menée chez 52 volontaires sains. Durant 7 jours, les participants (âge moyen : 31 ans [18-71]) ont rempli quotidiennement un questionnaire portant sur leur alimentation et leur sommeil, et ont porté un actimètre au poignet, destiné à consigner les modalités et la qualité du sommeil. Les données ont permis de sérier les sujets en « dormeurs normaux » avec un milieu de durée de sommeil avant 5h30 et en « dormeurs tardifs » ayant un milieu de sommeil à 5h30 du matin ou après. Sur le plan de l’alimentation, les dormeurs tardifs prenaient plus de calories au dîner et après 20h, consommaient plus de nourriture type « fast food », de sodas sucrés et moins de fruits et de légumes que les autres. Le fait marquant de cette étude s’est avéré être que les calories ingérées après 20h étaient corrélées à l’IMC et ce, après ajustement pour le rythme et la durée du sommeil. Dans leur commentaire, Baron et al. font référence à des expérimentations animales récentes ayant montré qu’une mauvaise connexion entre rythme circadien, horaires des repas et sommeil était source de prise de poids. Compte tenu de leur effectif limité, ils plaident pour la réalisation d’essais contrôlés de physiologie analysant en particulier des biomarqueurs du sommeil.


Role of sleep timing in caloric intake and BMI. BARON K.G., REID K.J., KERN A.S., ZEE P.C. Obesity, 2011, 19 : 1374-81

 

Auteur : BARON K.G.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 45 - Septembre 2011 - N45015 (Réf 4684)