Pour déterminer si la façon de manger peut promouvoir l’obésité, le comportement alimentaire d’enfants de 4 ans à risque d’obésité élevé (RE : n = 32, IMC maternel avant grossesse = 30,4 kg/m2) et à risque faible (RF : n = 29, IMC maternel = 19,6 kg/m2) et les incitations de leurs parents ont été testés durant un repas à l’inclusion et 2 ans après. Les apports énergétiques, le nombre de bouchées par minute et les demandes d’aliments ont été mesurés, ainsi que la composition corporelle des enfants. Après analyse, ni les apports alimentaires, ni les incitations parentales ne différaient entre les groupes RE et RF. En revanche, un IMC maternel supérieur, le nombre de bouchées par minute et la quantité totale de calories consommées par minute prédisaient un risque accru de surpoids ou d’obésité à l’âge de 6 ans. Les enfants mangeant plus vite consommaient plus de calories d’après un rappel des consommations sur 3 jours effectué par les parents et réclamaient plus spontanément pendant le repas-test. Inversement, un temps de repas plus long était associé à un risque de surpoids/obésité diminué. Selon les analyses de régression, seul le nombre de bouchées par minute prédisait les changements d’IMC entre 4 et 6 ans et ce paramètre, ainsi que le sexe, prédisait les changements en nombre de plis cutanés et graisse corporelle totale. Manger vite, un marqueur comportemental d’obésité infantile potentiellement lié au schéma de récompense alimentaire ? Ce comportement « goulu » pourrait être ciblé par des politiques de prévention du surpoids chez les enfants à risque d’obésité.


Identification of an obese eating style in 4-year-old children born at high and low risk for obesity. Berkowitz R.I., Moore R.H., Faith M.S., Stallings V.A. et al. Obesity, 2010, 18,  3, 505-512

Auteur : Berkowitz R.I., Moore R.H., Faith M.S., Stallings V.A. et al.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 40 - Juin 2010 - 40011