Un régime à fort index glycémique (IG) ou charge glycémique (CG), une importante consommation d’aliments contenant des sucres ajoutés, ou un faible apport en fibres augmenterait-il le risque d’obésité ? Si des études le suggèrent chez l’adulte, l’objectif de celle-ci était de déterminer l’incidence d’un tel régime chez l’enfant sur l’évolution de la composition corporelle entre 2 et 7 ans et l’impact de la fréquence des repas.  Les analyses de corrélation ont porté sur les données de 380 enfants suivis entre 2 et 7 ans dans l’étude de cohorte allemande DONALD* : mesures anthropométriques, suivi de la consommation alimentaire par pesée des aliments sur 3 jours consécutifs et analyse nutritionnelle des aliments consommés (IG, CG, glucides et sucres ajoutés). Toute consommation de nourriture ou boisson à plus de 30 minutes d’intervalle était considérée comme repas. Dans cette étude, il n’apparaît pas de corrélation significative directe entre un régime à fort IG ou CG, la consommation de sucre ajouté et l’évolution de la composition corporelle, l’IMC ou le % de graisse, que ce soit dans l’analyse transversale à 2 ans ou prospective jusqu’à 7 ans. Concernant la fréquence des repas, à moins de 6 repas par jour, une augmentation de la consommation de fibres apparaît bénéfique avec une diminution significative du % de graisse (p=0,005), ceci n’est plus vrai au-delà.  Chez les enfants en bonne santé, la qualité des glucides consommés ne semble donc pas avoir de rapport avec le développement de la composition corporelle chez l’enfant.


Relation of dietary glycemic index, glycemic load, added sugar intake, or fiber intake to the development of body composition between ages 2 and 7 y. AE Buyken. Am J Clin Nutr, 2008, 88, 755-62

 

Auteur : AE Buyken

Documents supports :
Brèves Nutirtion N° 35 - Avril 2009 - N35009