La surconsommation de boissons sucrées a été impliquée dans la survenue de maladies cardiovasculaires. Sachant qu’une élévation de la pression sanguine a été observée suite à une consommation importante de fructose, les auteurs ont souhaité analyser cet effet dans une étude randomisée en cross-over. Lors de chacune des 4 sessions séparées par au moins 3 jours, 12 sujets jeunes en bonne santé devaient ingérer le matin à jeun 500ml d’une boisson au jus de citron dans laquelle étaient dilués des sucres à des concentrations rencontrées dans les boissons commerciales (60g de saccharose, de glucose ou de fructose, ou 30g de fructose seul équivalant à la quantité présente dans 60g de saccharose). Après 30 minutes, les fonctions cardiovasculaires et micro-vasculaires aiguës étaient mesurées. Les résultats confirment que l’ingestion de fructose (60g ou 30g) augmente la pression sanguine moyenne de manière plus importante que l’ingestion de 60g de glucose ou de saccharose. De plus, le fructose induit un débit cardiaque significativement moins élevé que le glucose et le saccharose, ainsi qu’un index de contractilité et un volume systolique moindre. La résistance périphérique totale est significativement diminuée avec l’ingestion de glucose et de saccharose alors que le fructose (60g ou 30g) induit une augmentation non significative de la résistance. Aucune différence dans les fonctions endothéliales micro-vasculaires aux différents sucres n’est observée. Les résultats de cette étude démontrent que l’ingestion de saccharose ne mime pas l’effet d’augmentation de pression sanguine obtenu avec le fructose, indépendamment du fait que le saccharose soit comparé au fructose à une quantité iso-énergétique (60g chacun) ou au fructose à une quantité équivalente à celle présente dans le saccharose (30g fructose vs 60g saccharose). Elle démontre aussi que les effets d’augmentation de la pression sanguine et les réponses hémodynamiques du fructose sont similaires aussi bien à 60g qu’à 30g, et plus élevées qu’avec 60g de saccharose ou de glucose. C’est la première étude démontrant que les effets d’élévation de la pression sanguine liée au fructose sont atténués en présence de glucose à travers une réduction de la résistance totale périphérique.


Cardiovascular responses to the ingestion of sugary drinks using a randomised cross-over study design: does glucose attenuate the blood pressure-elevating effect of fructose?

Grasser EK, Dulloo A, Montani JP.

Br J Nutr. 2014 Jul;112(2):183-92.


Auteur : GRASSER EK

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 57 - Septembre 2014 - N57010 (Réf. 4558)