Le pain est un aliment consommé quotidiennement par des millions de personnes à travers le monde. Souvent fait à partir de blé, sa pénétration dans les cultures humaines suggère que le microbiote intestinal s’est adapté à sa métabolisation. Aujourd’hui le pain peut différer du classique pain blanc par le degré de raffinage, le type d’agent levant, le process de préparation ou les additifs utilisés. La preuve des effets cliniques de ces différents pains est encore controversée. Les auteurs de cet article se sont intéressés aux effets métaboliques de deux pains différents : pain blanc industriel et pain complet traditionnel au levain.

Les chercheurs ont pour cela réalisé un essai croisé randomisé (n=20) avec une semaine d’intervention pour chaque pain (consommation de 100g de glucides assimilables par jour), et une période d’élimination de 2 semaines. Ils n’ont trouvé aucune différence significative entre les deux pains sur la réponse glycémique. Une analyse de selles avant et après l’intervention n’a montré aucune différence significative entre les deux pains sur la diversité, l’abondance relative des phyla ou les propriétés fonctionnelles du microbiote. Reprenant l’analyse en se concentrant sur la 1ère semaine d’intervention (sans prendre en compte le type de pain), les chercheurs ont cependant noté des changements, significatifs mais faibles, de plusieurs variables cliniques et facteurs de risque suite à la consommation de pain. Les chercheurs ont ensuite évalué la réponse glycémique postprandiale induite par la consommation de chaque pain et ils ont observé une variabilité interpersonnelle statistiquement significative. Ces résultats suggèrent que l’absence de différence observée entre les types de pain provient d’un effet spécifique à la personne. En comparant cette réponse aux données sur les microbiotes, les auteurs ont montré que l’on peut prédire pour chaque personne le type de pain qui induit la réponse glycémique la plus basse, à partir du séquençage du microbiote avant l’intervention. Ainsi, comprendre la variabilité interpersonnelle des effets de la consommation de pain au niveau du microbiote notamment pourrait permettre une personnalisation des recommandations nutritionnelles et une optimisation des choix alimentaires.

Bread Affects Clinical Parameters and Induces Gut Microbiome-Associated Personal Glycemic Responses, Korem T, Zeevi D1 Zmora N, Weissbrod O, Bar N, Lotan-Pompan M, Avnit-Sagi T, Kosower N, Malka G, Rein M1 Suez J, Goldberg BZ, Weinberger A, Levy AA, Elinav E, Segal E. Cell Metab. 2017 Jun 6;25(6):1243-1253.e5

 

Tags:

Auteur : Korem T

Documents supports :
Brève Nutrition n°68 - Septembre 2017 - N68005