En complément des études de cohorte classiques, nous avons jugé utile de faire un point sur la consommation de sucres à partir de données économiques. Ce rapport a été écrit par la société Czarnikow qui analyse les tendances et les statistiques du marché du sucre depuis 1861. Ces données concordent avec les baisses de la consommation en sucres observées au Canada1, en Australie², et plus récemment en France3.

Le développement de l’obésité est un problème majeur et certains pointent du doigt la consommation de sucres. Cette hypothèse supposerait la croissance de la consommation de sucres et l’augmentation parallèle des problèmes de santé. Or, les données statistiques ne semblent pas confirmer cette thèse.

En 2010, Czarnikow a publié son livre blanc sur la consommation de sucres dans lequel il a examiné les moteurs de la croissance mondiale de la demande en sucres. Une partie de la demande s’explique par l’accroissement du marché. Ainsi, lorsque la Chine a rejoint l’Organisation Mondiale du Commerce, l’économie mondiale a plus que doublé en taille. L’évolution des modes de consommations et l’accroissement des populations des économies émergentes ont conduit à une augmentation de la consommation de tous les aliments y compris du sucre. Par ailleurs, leurs statistiques montrent que le sucre (saccharose) consommé au travers des plats préparés ne s’ajoute pas à la consommation totale. En pratique, il remplace le sucre de table qui était consommé auparavant. Ainsi, le sucre de table ne représente plus aujourd’hui que 20% de la consommation totale.

Czarnikow est remonté jusqu’à 1840 pour suivre la consommation apparente de sucre (disponibilité sur le marché, ce qui surestime la consommation réelle puisqu’elle ne tient pas compte des pertes, gaspillages et utilisations non alimentaires). Il montre une augmentation importante de la consommation totale de sucre au Royaume Uni de 1840 à 1900, reflet à la fois de l’augmentation de la population et de la consommation individuelle. Il note que la hausse de la consommation de sucre au Royaume Uni jusqu’au niveau de la consommation apparente actuelle aux alentours de 35 kg/jour s’est étalée sur une période de 100 ans. Pendant les deux guerres mondiales, on a observé une chute de la consommation de sucre liée au manque de disponibilité et au rationnement. Les auteurs notent que les chiffres de consommation de sucre sous rationnement et avec une population légèrement inférieure à celle d’aujourd’hui sont très proches des chiffres de consommation totale observés aujourd’hui au Royaume Uni. La consommation de sucre a atteint un pic après la guerre et est maintenant en baisse.

Aux Etats Unis, selon les statistiques américaines sur l’obésité du CDC (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) et de la National Health and Nutrition Examination Survey, la proportion de sujets obèses a continué de grimper à partir de 2000 alors que la consommation de substances sucrantes (sucres et sirops de glucose et/ou fructose) a en fait chuté à des niveaux observés précédemment dans les années 1980. Entre 1999-2002 et 2009-2012, la prévalence de l’obésité a augmenté de 31.1% à 35.7%, alors que la consommation de sucres et sirops a chuté de 15%.

Ces données montrent que l’obésité s’est développée alors que la consommation de sucres a baissé. Cependant, ces chiffres ne sont qu’un élément parmi d’autres (baisse de l’activité physique et sédentarité, facteurs environnementaux, etc) et doivent être replacés dans un contexte alimentaire global où les calories totales ingérées ont tendance à baisser.

Czarnikow Report.The Inconvenient Truth about Sugar Consumption (it’s not what you think). 1 may 2014ealth. 2013 Sep 30;13:898. 

1.Brisbois TD, Marsden SL, Anderson GH, Sievenpiper JL.Estimated intakes and sources of total and added sugars in the Canadian diet. Nutrients 2014, May 8;6(5):1899-912

2. Barclay AW, Brand-Miller JC. Trends in added sugar supply and consumption in Australia : there is an Australian Paradox. BMC Public Health, 2013 Sep 30;13:898

3. Etue CREDOC CCAF 2013




Documents supports :
Brèves Nutrition N° 57 - Septembre 2014 - N57014 (Réf. 4562)