L’ attirance pour des goûts très sucrés est indépendante de l’ origine ethnique. C’ est ce que montre une étude visant à évaluer la perception et l’ attirance pour différentes concentrations en sucre contenues dans divers aliments (jus de fruits, crème anglaise et biscuits) auprès de 69 Australiens natifs et de 63 Malaisiens vivant en Australie. Les deux groupes ethniques sont capables de distinguer, de manière comparable, les concentrations relatives en sucre de chaque aliment, et expriment leur préférence pour des concentrations en sucre identiques, spécifiques à chaque produit et proches de celles des produits trouvés dans le commerce. D’ autre part les sujets qui préfèrent les aliments sucrés sont aussi ceux qui consomment le plus de sucre et ceci de manière identique dans les deux ethnies. Toutefois, il existe quelques différences inter-ethniques concernant l’ estimation de l’ intensité et la valeur hédonique du goût sucré, et ceci de manière spécifique à chaque aliment : de manière générale, tous les sujets ont des difficultés à distinguer les différentes concentrations en sucre des biscuits, probablement à cause de leur forte teneur en lipides, et les Australiens apprécient davantage les jus de fruits que les Malaisiens, indépendamment de leur concentration en sucre. SHA Holt, L Cobiac, NE Beaumont-Smith, K Easton, DJ Best Sensory Centre & CSIRO, AUSTRALIE Food Quality and Preference, 2000, 11 : 299-312