Une glycémie postprandiale élevée est considérée comme un facteur de risque de diabète de type 2 et le maintien d’un niveau normal est un point clé dans la prévention et le contrôle du syndrome métabolique. Les méthodes actuelles de contrôle de la glycémie ont cependant une efficacité limitée et un même repas peut engendrer une réponse glycémique postprandiale (RGPP) différente selon les individus. Les chercheurs de cette étude israélienne se sont plus précisément intéressés à la variabilité de la RGPP.

Tout d’abord, les chercheurs ont mesuré la glycémie de 800 personnes, de 18 à 70 ans, pendant 7 jours. Ils ont ainsi pu évaluer la RGPP et la variabilité intra et interindividuelle de cette réponse. Alors que la réponse à un repas standardisé d’une même personne est reproductible, les chercheurs ont mis en évidence une grande variabilité interindividuelle. Ils ont pu développer un algorithme prédisant la RGPP individuelle en intégrant les facteurs cliniques et les profils de microbiome. L’algorithme développé montrait une corrélation de 0,68 avec la RGPP. Ce modèle a été validé sur une cohorte indépendante de 100 personnes, chez qui les chercheurs ont retrouvé cette même corrélation.

Une dernière partie de l’étude a consisté en un essai clinique randomisé incluant 26 participants divisés en deux groupes. Le groupe « prédiction » a suivi, dans un ordre aléatoire, une semaine de régime dont l’algorithme prédisait une faible RGPP (« bon régime ») et une semaine de régime dont l’algorithme prédisait une forte RGPP (« mauvais régime »). Dans le groupe « expert », les participants ont suivi deux régimes « bon » et « mauvais » construits par un diététicien sur la base des données de RGPP précédemment récoltées chez cet individu. Dans le groupe « prédiction », 10 participants sur 12 ont eu une RGPP significativement supérieure en suivant le « mauvais » qu’en suivant le « bon » régime. Les résultats sont semblables dans le groupe « expert » avec une différence significative chez 8 participants sur 14. L’algorithme développé montre donc un intérêt pour définir des conseils diététiques personnalisés efficaces pour diminuer la réponse glycémique postprandiale.

Personalized Nutrition by Prediction of Glycemic Responses.

Zeevi D, et al.

Cell. 2015 Nov 19;163(5):1079-1094.


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 63 - Mars 2016 - N63008