L’ objectif de cette étude srilankaise est d’ évaluer la réponse myoélectrique de l’ estomac en fonction de la consistance de la collation sucrée fournie avant l’ électrogastrographie (EGG). Avant d’ être soumis à une EGG, 18 volontaires sains âgés de 21 à 35 ans ont reçu à jeun et aléatoirement, pendant trois jours successifs, chacun des trois types de collation iso-caloriques, riches en glucides ou allégés en lipides : collation solide (pain + confiture), semi-solide (bouillie de farine de riz) ou liquide (jus de pomme sucré). Dix sujets recevront le 4e jour une double ration de la collation solide. Les paramètres d’ EGG mesurés à jeun et après la collation sont : 1) la fréquence dominante, caractéristique des contractions gastriques 2) la puissance dominante qui représente l’ amplitude maximale de la contraction. La collation liquide ne modifie pas les paramètres d’ EGG 15 et 60 minutes après la prise : ce test n’ augmente pas la contractibilité gastrique. En revanche, dans les 60 minutes suivant l’ ingestion de collations solides ou semi-solides et bien que leur volume diffère, la force des contractions augmente pareillement mais pas leur fréquence, et ce, même lorsque le contenu calorique est augmenté (double ration). Ces résultas sont contraires à ce que d’ autres auteurs avaient montré. Ainsi, chez des sujets sains, le seul effet lié à l’ absorption d’ une collation-test solide ou semi-solide, est une augmentation de la force des contractions gastriques. Va-t-on vers une interprétation plus précise des EGG ?

 

Motilité gastrique : collation solide ou liquide, ce n’est pas la même chose ! Ferdinandis TGDissanayake ASDe Silva HJ. Singapore Med J, 2002, 43, 11 : 579-82.

Auteur : De Silva HJ