Deux méthodes permettent aujourd’hui de mesurer le taux d’oxydation des nutriments chez l’homme : la calorimétrie indirecte et le traçage isotopique. Calorimétrie indirecte La calorimétrie indirecte (CI) permet de calculer simultanément les oxydations nettes des substrats (glucides, lipides, protéines), à partir des échanges pulmonaires O2/CO2 et de l’excrétion azotée urinaire. L’oxydation des substrats est donnée par des équations établies en fonction de la stoechiométrie des réactions de ces substrats avec O2 et CO2. – Mesure de l’oxydation du glucose par CI : 1 g glucose + 0,746 l O2 . 0,746 l CO2 + 3,75 kcal oxydation du glucose = 4,650 x VCO2 – 3,311 x VO2 – 3,581 x N où V = volume de gaz en ml/min et N = excrétion azotée urinaire en g/min La précision de cette mesure repose en partie sur les coefficients stoechiométriques choisis, lesquels dépendent du substrat considéré : – Stoechiométrie de l’oxydation des glucides : 1 g saccharose + 0,786 l O2 . 0,786 l CO2 + 3, 94 kcal 1 g glycogène ou amidon + 0,829 l O2 . 0,829 l CO2 + 4,19 kcal Traçage isotopique Le traçage isotopique (TI) permet de mesurer l’oxydation réelle d’un substrat exogène marqué au 14C ou 13C le plus souvent, à partir de l’activité spécifique ou de l’enrichissement isotopique du CO2 expiré, ou plus rarement du sang. Le point le plus critique de cette méthode est qu’elle nécessite de connaître le taux de récupération R du marqueur dans l’air expiré. Or cecoefficient R est a priori inconnu pour un nouveau substrat, et varie beaucoup en fonction de l’état du sujet et du substrat. En général, la méthode de TI donne souvent des valeurs d’oxydation supérieures à la méthode de CI, et la différence entre les 2 est peu ou prou égale à l’oxydation du glucose issu de la néoglucogénèse. Ainsi, une combinaison des 2 méthodes permet d’obtenir des informations complémentaires, comme le niveau de néoglucogénèse et le niveau d’oxydation du substrat endogène.

 

Measurement of substrate oxidation in man. TAPPY I., SCHNEITER P.H. Diabetes & Metabolism, 1997, 23, 435-442

Auteur : I Tappy