L’obésité est-elle une maladie ? Les opinions contradictoires sur ce sujet se succèdent. En 2015, lors de la 8ème conférence Asie-Océanie sur l’obésité qui s’est tenue à Nagoya, il a été déclaré que l’obésité est un état pathologique qui nécessite une intervention clinique. Cette revue de la World Obesity Federation, organisation représentant les sociétés professionnelles de nombreux pays concernant la recherche sur l’obésité, l’éducation et les soins des personnes obèses, soutient que « l’obésité est un processus de maladie chronique récurrente » en présentant plusieurs arguments.

Un modèle épidémiologique possède un agent environnemental qui agit sur un hôte pour produire une maladie. Dans le cas de l’obésité, c’est l’alimentation qui est l’agent environnemental principal mis en cause. Le déclin du niveau d’activité physique est le second facteur, même si les facteurs génétiques ont aussi leur importance. Le processus de la mise en place de l’obésité commence par un excès de calories qui conduit à une accumulation de lipides dans les cellules du tissu adipeux. Lorsque celles-ci ont atteint leur capacité maximale de stockage, les lipides vont se déposer au niveau de l’abdomen, du cœur, du foie, des muscles… L’augmentation de cette masse graisseuse est associée à l’arthrose, l’apnée du sommeil et des répercutions sociales pour la personne obèse. Les cellules graisseuses vont produire des molécules qui vont modifier les processus métaboliques et inflammatoires normaux de l’hôte et aboutir à une dyslipidémie, une hypertension, une hyperinsulinémie et un diabète. Il a été montré que pour une augmentation de 5 unités d’indice de masse corporelle, la mortalité augmente de 30 %, les maladies rénales chroniques de 60 % et le diabète de 120 %. Des études à long terme montrent clairement que plus de la moitié des personnes obèses développent une maladie liée à l’obésité. L’étude Framingham dans laquelle la mortalité est suivie tous les 6 ans pendant 30 ans, montre qu’elle est reliée au poids à partir de 18 ans de suivi, relation qui devient de plus en plus forte au fil des ans.

Les auteurs de cette revue concluent que ce modèle épidémiologique a montré que l’obésité possède des caractéristiques communes à une « maladie transmissible » impliquant un agent environnemental qui n’est ici pas un microbe mais l’alimentation. La World Obesity Federation considère donc que l’obésité est un processus de maladie progressive, récurrente, et chronique, et met l’accent sur le besoin d’une action immédiate pour la prévention et le contrôle de cette épidémie d’obésité.

 

 

Obesity: a chronic relapsing progressive disease process. A position statement of the World Obesity Federation. Bray GA, Kim KK, Wilding JPH; World Obesity Federation. Obes Rev. 2017 Jul;18(7):715-723.

Auteur : Bray G

Documents supports :
Brèves n°69 - Septembre 2017 - N69011