Effects of exercice intensity on food intake and appetite in women

 

Selon certaines études, un exercice physique très intense pourrait exercer une brève suppression de l’appétit et parfois une diminution de l’apport énergétique ultérieur. Cela ne paraît pas être le cas chez la femme, selon une étude croisée réalisée chez 17 jeunes femmes soumises à 3 sessions expérimentales : pas d’exercice (contrôle), et 2 exercices physiques iso-énergétiques (350kcal) mais d’intensité faible (EIF) ou élevée (EIE) (respectivement 40% et 70% du pic de VO2) et dont l’apport énergétique total a été mesuré après le déjeuner, le dîner et deux en-cas. En effet, l’apport énergétique alimentaire après le déjeuner est significativement supérieur chez les femmes soumises à un EIE par rapport à celles du groupe contrôle (878±309 vs 751±230kcal, p=0,02) alors qu’il n’est pas modifié après l’EIF. En revanche, l’apport énergétique relatif (apport énergétique alimentaire moins énergie dépensée pour l’exercice) calculé au déjeuner après les sessions EIF et EIE, était significativement inférieur à celui des contrôles (p<0,001) sans différence entre les 2 types d’exercice, avec une compensation énergétique de respectivement 25% et 40%. Cependant, à la fin de la journée d’exercice, ce déficit énergétique n’apparaît plus, aucune différence significative de l’apport énergétique relatif journalier n’étant observée quel que soit le groupe (2266±528, 2108±435 et 2285±596kcal respectivement pour les groupes EIE, EIF et contrôle). L’augmentation d’apport énergétique, le jour de l’exercice, compense presque entièrement la dépense énergétique induite par l’exercice.

L’exercice intensif n’est donc pas la meilleure façon pour la femme de diminuer sa ration calorique journalière


Effects of exercise intensity on food intake ad appetite in women. Am J Clin Nutr, 2004, 80 : 1230-6


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 26 - Mai 2005 / N26006