Il a été montré que l’activité physique améliore efficacement l’homéostasie métabolique et réduit le risque de maladies cardiovasculaires chez des patients atteints du syndrome métabolique ainsi que chez des sujets sains. Plusieurs études ont rapporté qu’une augmentation de l’activité physique prévient les modifications métaboliques induites par le fructose, probablement en modifiant le devenir métabolique du fructose ingéré pendant et après l’exercice sans que le mécanisme soit élucidé. Les auteurs ont testé l’hypothèse que l’exercice pouvait prévenir une hausse de triglycérides VLDL (TG VLDL) induite par le fructose, en réduisant la conversion du fructose en glucose et TG VLDL ainsi que le stockage du carbone du fructose en glycogène hépatique et lipides.

Huit hommes sains et sédentaires ont participé de façon aléatoire à trois séquences expérimentales comprenant l’ingestion de fructose avant (FruEx), après (ExFru) ou sans (NoEx) exercice physique. Dans chaque condition, les participants ont suivi une alimentation contrôlée pour le maintien du poids et riche en fructose les 4 jours qui précédaient l’expérimentation. Le 5ème jour, les sujets ont consommé une charge de fructose marqué au 13C, immédiatement avant ou après un exercice standardisé, ou sont restés couchés sans exercice physique. Les chercheurs ont suivi, pendant les 7 heures qui ont suivi l’ingestion, l’oxydation du fructose total par la production de 13CO2 dans l’air expiré, le stockage du fructose (fructose ingéré – fructose 13C oxydé), le glucose sanguin 13C reflet de la néoglucogenèse à partir du fructose, le 13C palmitate VLDL sanguin, un marqueur de la lipogenèse hépatique de novo, et les concentrations plasmatiques en lactate.

L’oxydation du fructose était significativement plus élevée dans la condition FruEx (80% oxydé) qu’en ExFru (46%) ou NoEx (49% oxydé). Par voie de conséquence, le stockage du fructose était plus faible en FruEx qu’avec les deux autres conditions. La conversion du fructose en glucose 13C, en 13C palmitate VLDL et les concentrations plasmatiques en lactate n’ont pas été significativement différentes selon les conditions.

Ces résultats obtenus soutiennent l’hypothèse que l’exercice après l’ingestion de fructose augmente sa conversion hépatique en acide lactique par oxydation dans le muscle qui travaille. En revanche, ces résultats ne confirment pas l’hypothèse selon laquelle l’exercice avant l’ingestion de fructose détournerait massivement les carbones du fructose vers le stockage de glycogène. De plus, le fait que l’exercice n’a pas réduit la conversion du fructose en glucose plasmatique et n’a pas supprimé la lipogenèse de novo est en contradiction avec l’hypothèse de départ selon laquelle la lipogenèse de novo ne deviendrait active que lorsque les autres voies seraient saturées.

 

Exercise performed immediately after fructose ingestion enhances fructose oxidation and suppresses fructose storage.

Egli L, Lecoultre V, Cros J, Rosset R, Marques AS, Schneiter P, Hodson L, Gabert L, Laville M, Tappy L.

Am J Clin Nutr. 2016 Feb;103(2):348-55

Auteur : EGLI L

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 64 - Juin 2016 - N64015