D’ une même étude, a été tiré 2 articles 1 que nous venons de vous présenter (ci-contre) et un 2ème qui reprend en détail l’ effet des deux régimes sur la consommation d’ énergie totale (mesurée par calorimétrie sur 24h) et qui décrit l’ effet du sexe, de la puberté, des graisses corporelles et intra-abdominales (déterminées par absorptiométrie aux rayons X et IRM respectivement) et de la forme physique sur l’ utilisation des substrats. L’ utilisation des substrats n’ apparaît pas modifiée par la puberté, la masse graisseuse corporelle ou abdominale, ou la forme physique. En revanche, les filles s’ adaptent moins facilement que les garçons à un régime riche en graisse. L’ effet du fructose sur les mêmes paramètres a été étudié en remplaçant 11 ou 40% des glucides par du fructose dans un régime riche en glucides (60%). Le fructose ne modifie pas significativement la thermogenèse ni l’ utilisation globale des substrats en 24h, même si dans le régime riche en fructose (40%), l’ utilisation nette des glucides est diminuée et celle des lipides est augmentée. La signification physiologique de ces observations n’ est pas éclaircie.

 

Les filles s’adaptent moins bien que les garçons à une alimentation riche en graisse. TREUTH M.S. et al. Am J Clin Nutr., 2003, 77 : 479-489

Auteur : Treuth MS et al