Ces dernières années, des doutes ont émergé quant à la fiabilité de certaines publications de résultats d’études biomédicales financées par des entreprises privées. Dans les rapports d’études, des biais peuvent survenir de différentes façons : omission, volontaire ou non, de données, affirmations manquant de clarté ou même trompeuses.
QUID DES ETUDES DANS LE DOMAINE DE L’OBESITE ET DE LA NUTRITION ?
Les auteurs de cette recherche avaient déjà travaillé sur la qualité des études dans le domaine de l’obésité, parues dans des revues médicales de référence, investiguant en particulier les différences selon le type de financement, privé ou non.
Pour des articles parus avant 2004, ils ont mis en évidence que les publications des séries financées par le privé, étaient de meilleure qualité que celles sans financement de ce type. Toutefois, l’ancienneté des articles et des biais de méthodologie ont conduit les auteurs à entreprendre une nouvelle analyse de publications plus récentes sur le thème de l’obésité et de la nutrition, avec une méthodologie affinée.
LA SOURCE DE FINANCEMENT INFLUE-T-ELLE SUR LA QUALITE METHODOLOGIQUE DES ETUDES ?
Le protocole a amené à sélectionner 38 articles, parus dans des revues médicales généralistes, internationales et à comité de lecture, entre 2000 et 2007, relatifs à des études d’intervention contrôlées et randomisées. Ces études ont été appariées pour le journal et l’année de publication, la seule différence étant le type de financement (privé ou non). Les articles étaient évalués qualitativement, à l’aveugle, par 3 relecteurs indépendants selon la grille de Chalmers, les scores se trouvant au final consolidés. La fiabilité inter-relecteurs était estimée au moyen de l’Alpha de Cronbach.
Au sein des 19 paires d’articles, les investigateurs ont retrouvé un niveau élevé de qualité, similaire entre les 2 types de financement. De même, la qualité des items « protocole d’étude », « analyse statistique », et « présentation des résultats » s’est trouvée comparable entre les 2 formes de financement.
QUEL EST LE ROLE DES EDITEURS DE REVUES ?
Une des raisons pouvant expliquer ces résultats réside peut-être dans le fait que dans les grandes revues internationales, les instances décidant de la publication ou non d’études, ont élaboré des directives strictes en matière de qualité des articles. Il en découle donc un haut niveau de qualité pour les publications qui sont incluses dans les numéros à paraître.
Cependant, cette étude présente deux faiblesses méthodologiques : d’une part, le classement en catégories de financement a été réalisé à partir de données mentionnées dans le paragraphe « Remerciements », qui pouvaient être incomplètes et d’autre part, l’évaluation a été menée sur la base d’une seule méthode alors qu’il en existe plusieurs, sans qu’une soit préconisée plutôt que les autres.
En conclusion, il semble que le financement par des sociétés privées de protocoles de recherche ne soit pas contraire à des publications de haute qualité.

Is funding source related to study reporting quality in obesity or nutrition randomized control trials in top-tier medical journals?

 

Kaiser K.A., Cofield S.S., Fontaine K.R., Glasser S.P., Thabane L., Chu R., Ambrale S., Dwary A.D., Kumar A., Nayyar G., Affuso O., Beasley M., Allison D.B.

 

Int J Obes (Lond), 2012, vol. 36, No. 7, pp. 977-981.



Auteur : Kaiser KA

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 50 - Décembre 2012 - N50001 (Réf. 4746)