La consommation de boissons sucrées a-t-elle des conséquences sur les apports énergétiques quotidiens des enfants ? Pour étudier cette question, les auteurs ont intégré les données d’une cohorte de 11 000 enfants de l’Est des Etats-Unis, âgés de 3 à 18 ans et suivis sur une dizaine d’années. L’analyse, qui a porté sur les données de quatre vagues d’enquête, menées de 2003 à 2010, a évalué dans quelle mesure les boissons sucrées contribueraient à l’augmentation des apports énergétiques de ceux qui en boivent et quels seraient les catégories d’aliments associées à la consommation de ces boissons.Ce travail a montré que les consommateurs de boissons sucrées âgés de 2-5 ans et 6-11 ans – quelle que soit la quantité consommée pouvant aller de 0 à 200kcal – n’avaient pas des apports en calories hors boissons sucrées différents de ceux qui n’en buvaient pas. Cela indique que les boissons sucrées élèveraient, par elles-mêmes, la prise énergétique quotidienne des consommateurs de boissons de ces classes d’âge.Chez les 12-18 ans, ils se basent sur une échelle de consommation allant de 0 kcal (pour les non-consommateurs), 100-500 kcal pour un consommateur moyen à plus de 500 kcal par jour consommées sous forme de boissons sucrées. Les auteurs constatent que les forts consommateurs de boissons ont des apports caloriques totaux plus élevés que les non consommateurs de boissons  mais que dans cette tranche d’âge, les boissons tout autant que les aliments solides (pizzas, burgers, frites, snacks figurant, pour la plupart, sur les listes des aliments à limiter dans les recommandations nutritionnelles officielles de 2010, etc.) contribuent aux apports énergétiques plus élevés.  Sont particulièrement concernés les jeunes noirs et les hispaniques de cette catégorie de consommateurs. L’analyse des profils qualitatifs de consommation alimentaire selon le niveau de consommation de boissons sucrées n’a montré que de rares différences. Les associations les plus marquées ont été observées chez les forts consommateurs de boissons sucrées, avec de faibles apports en lait, en jus de fruits et en fruits, ainsi qu’avec les plus fortes consommations de graisses et de sucres ajoutés. Ces résultats laissent penser que la forte consommation de boissons sucrées peut donner lieu à des apports énergétiques plus élevés mais aussi que cette consommation peut être préférentiellement associée à celle d’autres aliments jugés peu favorables à un bon équilibre alimentaire.

Foods and beverages associated with higher intake of sugar-sweetened beverages.

Mathias KC, Slining MM, Popkin BM.

Am J Prev Med. 2013 Apr;44(4):351-7.


Auteur : MATHIAS KC

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 52 - Juin 2013 - N52010 (Réf. 4484)