S’il est intuitivement plausible de lier la consommation de confiseries et le poids, des preuves définitives étayant cette hypothèse manquent. D’où le sujet de cette étude qui a cherché à valider un impact de la consommation de confiseries sur l’adiposité, la qualité nutritionnelle de l’alimentation, et d’éventuelles répercussions sur la santé, en se basant sur les données d’un échantillon d’enfants représentatif de la population américaine. Les données du régime alimentaire sur 24 h de 2 groupes d’enfants de la cohorte NHANES (période 1999-2004), ont été qualifiées grâce à des tables nutritionnelles et la qualité de l’alimentation estimée au moyen de l’outil « Healthy Eating Index-2005 ». Chaque groupe d’âge (2-13 ans, n = 7 049 et 14-18 ans, n = 4 132) était divisé en 3 sous-groupes, regroupant les consommateurs de tous types de confiseries, de confiseries au chocolat uniquement et de confiseries à base de sucre. Les enfants prenant des confiseries de tous types avaient des apports énergétiques et en sucres ajoutés, plus élevés que les non-consommateurs. La qualité de l’alimentation était médiocre et similaire pour la globalité de l’effectif, mais plus encore pour le groupe de consommateurs de confiseries chocolatées. De plus, malgré un apport énergétique supérieur, les marqueurs d’adiposité des consommateurs de confiseries n’étaient pas supérieurs et le risque de survenue d’un surpoids/obésité était même plus faible. Enfin, aucune répercussion significative n’a été observée sur les paramètres métaboliques mesurés. Bien qu’il s’agisse d’une série transversale ne permettant pas d’établir un lien de causalité, les données récoltées dans ce large échantillon représentatif, ne montrent aucun effet délétère de la consommation de confiseries sur la santé des enfants et des adolescents.


Association of candy consumption with body weight measures, other health risk factors for cardiovascular disease, and diet quality in US children and adolescents: NHANES 1999-2004. O’Neil C.E., Fulgoni V.L. 3rd, Nicklas T.A.. Food Nutr Res, 2011, 55

 

 


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 45 - Septembre 2011 - N45013 (Réf 4682)