Existe-t-il une relation entre le poids corporel et les capacités sensorielles telles que la sensibilité aux odeurs et aux goûts ? Ce serait le cas selon cette étude menée auprès de 130 hommes et 180 femmes chez qui les capacités sensorielles ont été évaluées par la détection et l’identification d’odeurs, et la perception des goûts sucré, salé, amer et acide. Les sujets ont donné leur poids qui a aussi été mesuré pour déterminer les erreurs de déclaration. Chez les sujets de moins de 65 ans (n=210), la détection, l’identification des odeurs et la perception des goûts étaient significativement plus faibles chez ceux en surpoids (IMC>28kg/m2) par rapport à ceux d’IMC <28kg/m2 (p=0,015, 0,053 et 0,015 respectivement), avec un résultat inverse pour les plus de 65 ans. Les scores sensoriels étaient les plus élevés dans le groupe ayant sous-déclaré leur poids, suivis par ceux ayant bien déclaré, les plus bas étant dans le groupe ayant sur-déclaré (p=0,008, 0,001 et 0,017 respectivement). Les différences de perception des goûts entre sous- et sur-déclarants seraient attribuées aux goûts acide (p=0,015) et amer (p=0,026) mais pas aux goûts salé et sucré. Il existe donc une relation entre IMC et capacités sensorielles, différente en fonction de l’âge : les plus jeunes en surpoids ont de faibles capacités sensorielles, contrairement à leurs aînés qui les ont développé.


Odour and taste sensitivity is associated with body weight and extent of misreporting of body weight. Simchen U, Koebnick C, Hoyer S, Issanchou S, Zunft H-JF. European Journal of Clinical Nutrition, 2006, 60: 698-705

Tags:

Auteur : Simchen U, Koebnick C, Hoyer S, Issanchou S, Zunft H-JF

Documents supports :
Brèves Nutrition 29 / Octobre 2006 - N29017