Edito : Ouvrir nos lucarnes ? 

 
En 2014, l’institut Médiamétrie estimait que les Français passaient en moyenne 3h45 par jour devant leur télévision faisant d’eux les champions d’Europe en cette discipline peu sportive. On aurait pu espérer qu’une partie de ce temps permette un enrichissement culturel en général et des connaissances nutritionnelles en particulier. L’étude américaine mise à la Une de ce numéro semble malheureusement indiquer que les plus gros « consommateurs » de télé sont aussi ceux qui ont les moins bonnes connaissances nutritionnelles. Une piste d’explication qui va au-delà des effets sur le grignotage et la sédentarité : les messages contradictoires entraîneraient finalement une confusion et une vision fataliste de l’alimentation. Espérons que les médias français sauront, eux, ré-enchanter l’alimentation et jouer sur la pédagogie plutôt que sur la peur du consommateur !
D’autres thèmes récurrents dans la sélection de ce numéro : l’importance des rythmes biologiques (notamment sommeil, horaires des repas) et des phénomènes de compensation calorique en cas d’apport calorique accru ou d’activité physique. Encore des pistes prometteuses à intégrer dans une approche globale de la nutrition !

Documents joints