Douze hommes jeunes fréquentant régulièrement des salles de sport ont pratiqué 3 séries de 20 min d’endurance (jusqu’à 75 % de la fréquence cardiaque maximum), suivies de 20 min de musculation contre résistance, puis de 20 min de récupération. Cette séquence a été répétée 3 fois à 5 à 10 jours d’intervalle. Selon la journée, ils devaient boire ad libitum soit de l’eau, soit une boisson sucrée (2 % de glucides dont 1% de sucres), ou encore ne rien boire du tout.

Comparativement à l’eau, la boisson sucrée a été bue en plus grandes quantités (1171 contre 1706 ml). Les boissons sucrées ont donc permis une meilleure hydratation lors des efforts prolongés.

Le plaisir procuré par la boisson sucrée a été constant pendant les séances d’endurance, puis a régulièrement augmenté de la 65e minute jusqu’à la fin de la séance d’exercice de musculation (145 min). En revanche, le plaisir procuré par l’eau n’a cessé de diminuer du début à la fin de la séquence.

L’apport calorique de la boisson sucrée (171 calories en moyenne) a légèrement compensé la dépense énergétique liée à l’exercice (916 calories). Les auteurs pensent que cela pourrait être compensé en conditions réelles par les possibilités d’efforts plus intenses ou prolongés résultant de la consommation de boisson sucrée, aboutissant finalement à une dépense énergétique accrue.

 

Voluntary drinking behaviour, fluid balance and psychological affect when ingesting water or a carbohydrate-electrolyte solution during exercise. Peacock O.J., Thompson D., Stokes K.A.

Appetite, 2012, vol. 58, No. 1, pp. 56-63.





Auteur : PEACOCK OJ

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 48 - Juin 2012 - N48006 (Réf 4720)