Peu de connaissances existent sur la façon dont le cerveau contrôle l’horaire des repas et sur les processus descendants cognitifs tels que l’influence de la mémoire sur la consommation énergétique. Comprendre comment le cerveau contrôle la fréquence des repas est essentiel pour faire progresser les connaissances sur les mécanismes neuronaux qui contrôlent l’ingestion. Les auteurs de cet article considèrent que les facteurs cognitifs dépendant de l’hippocampe, tels que la mémoire, contrôlent la survenue et la fréquence des repas. Ils ont émis l’hypothèse que les neurones de l’hippocampe dorsal (HCd) qui sont déterminants pour la mémoire épisodique, forment le souvenir d’un repas et inhibent temporairement l’initiation du repas suivant pendant la phase postprandiale. Si les neurones HCd forment le souvenir d’un repas, alors la consommation d’un repas devrait induire une plasticité synaptique des neurones HCd. Ainsi, les auteurs ont utilisé une technique d’hybridation in situ très sensible à la fluorescence pour mesurer l’ARNm de l’Arc (Activity Regulated Cytoskeleton associated protein) au niveau de la zone CA1 des neurones de HCd après le repas. En effet, l’expression de l’Arc reflète la plasticité plutôt que l’activité neuronale. Ils ont testé si :

  • un repas test au saccharose augmente l’activité de la protéine Arc des neurones HCd CA1,
  • si l’expérience préalable avec le saccharose influence l’expression de l’Arc induite par le saccharose
  • et si la stimulation orosensorielle produite par un édulcorant non calorique tel que la saccharine est suffisante pour l’expression de l’Arc.

Des rats mâles Sprague-dawley ont été entraînés à consommer une solution sucrée selon un horaire journalier planifié. Le jour test, ils recevaient ou non une solution de saccharose ou de saccharine pendant 7 minutes, puis étaient euthanasiés et l’ARNm de l’Arc était mesuré. Les chercheurs ont observé que l’expression de l’Arc a été significativement plus élevée chez les rats qui consommaient l’une des deux solutions sucrées par rapport aux rats contrôles. Curieusement, les rats qui avaient une expérience complémentaire avec le saccharose ont eu une expression de l’Arc moindre par rapport aux rats avec moins d’expérience, bien que les deux groupes aient consommé des quantités similaires.

Cette étude est la première à suggérer que la stimulation de la sensation orale et éventuellement la valeur hédonique issues de la consommation d’une solution sucrée induisent une plasticité synoptique des neurones HCd CA1 d’une façon expérience dépendante. Ces résultats sont cohérents avec l’hypothèse que les neurones HCd constituent le souvenir d’un repas.

Sweet orosensation induces Arc expression in dorsal hippocampal CA1 neurons in an Experience-dependent manner.

Henderson YO, Nalloor R, Vazdarjanova A, Parent MB.

Hippocampus. 2016 Mar;26(3):405-13.

Auteur : HENDERSON YO

Documents supports :
Brèves Nutrition - Mars 2016 - N63004