Le lien entre index glycémique, charge glycémique et diabète de type 2 n’est pas encore bien établi. En effet, depuis la dernière méta-analyse favorable parue en 2007, la presque totalité des études ayant validé une corrélation n’ont porté que sur des effectifs féminins. D’où cette série se fondant sur les données d’une cohorte masculine finlandaise prospective sur 12 ans et ayant étudié des fumeurs âgés de 50 à 69 ans (Cohorte Alpha-Tocopherol Beta-carotène prevention Cancer). L’échantillon a porté sur 25 943 sujets dont l’alimentation a été étudiée et confrontée à la survenue d’un diabète durant la période d’observation. Par ailleurs, des modèles analytiques multivariés de densité nutritionnelle ont été utilisés dans le but d’évaluer l’impact potentiel de la substitution isoénergétique de sucres de différents index glycémiques (bas, moyen et élevé). Sur la période de 12 ans de suivi, l’index glycémique et la charge glycémique ne sont pas apparus corrélés au risque de survenue d’un diabète. Les modèles d’analyse multivariée ont montré essentiellement que la substitution de glucides d’index glycémique moyen ou élevé, par des glucides d’index bas n’était pas significativement associée au risque de diabète. Les auteurs de la publication considèrent que l’index glycémique global d’un repas, dans la mesure où il constitue la moyenne pondérée des index des différents aliments consommés, est susceptible de laisser de côté un certain nombre de dimensions qualitatives de ces aliments ayant des effets sur la santé. L’absence d’impact sur le risque de diabète de la substitution des glucides d’index élevé ou moyen par des glucides d’index bas, est explicable pour Similä et al. par la forte contribution du lait (49%) à la ration alimentaire des hommes de l’échantillon. Il est possible que le lait, pourtant source de glucides d’index bas, influence la tolérance au glucose par son effet insulinotrope plus que par la faible valeur de sa charge glycémique. Cette étude montre donc que certains éléments, au-delà du simple index glycémique, affectent probablement le risque de survenue d’un diabète.


Low-, medium- and high-glycaemic index carbohydrates and risk of type 2 diabetes in men. Similä M.E., Valsta L.M., Kontto J.P., Albanes D., Virtamo J. Br J Nutr, 2011, 105 : 1258-64

 


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 45 - Septembre 2011 - N45011 (Réf 4680)