Il a été affirmé que le fructose contenu dans le saccharose et le sirop de maïs pouvait être responsable du lien entre la consommation de sucres ajoutés et certaines maladies métaboliques. L’American Heart Association (AHA) a publié des recommandations indiquant que les femmes et hommes ne devraient pas consommer respectivement plus de 100 et 150 kcal par jour de sucres ajoutés, niveaux dépassés par plus de 90% des Américains. L’AHA reconnait que ces recommandations n’étaient pas basées sur des études cliniques randomisées. Cette étude prospective randomisée menée aux Etats Unis a permis d’évaluer les effets de la consommation de 3 niveaux différents de saccharose ou de sirop de maïs riche en fructose au sein d’un repas pendant 10 semaines chez des sujets en surpoids ou obèses. Les sucres étaient ajoutés dans un verre de lait demi- écrémé à hauteur de 8, 18 ou 30% des calories nécessaires au maintien du poids, équivalents au 25ème, 50ème et 90ème percentile de la consommation habituelle de fructose par la population américaine. Les 355 sujets ayant terminé l’étude ont augmenté leur consommation calorique d’environ 350 kcal/jour, conduisant à une prise de poids et de tissu adipeux, augmentant avec le niveau de consommation de sucres. Une augmentation significative des triglycérides et une diminution du HDL, tout en restant modestes, ont également été observées. Il n’y a cependant pas eu de changement significatif du cholestérol total, du LDL, et de la pression sanguine quelles que soient la source et la quantité de fructose. Cette étude a montré que les différents niveaux de fructose communément consommés par la population américaine via le saccharose ou le sirop de maïs enrichi en fructose, s’échelonnant entre 25ème et le 90ème percentile de consommation, pendant 10 semaines n’induisent pas de changement significatif sur le LDL et la pression sanguine. Il convient de nuancer ces résultats par les effets sur le poids des sujets ainsi que la durée relativement courte de l’étude.
The Effects of Fructose-Containing Sugars on Weight, Body Composition and Cardiometabolic Risk Factors When Consumed at up to the 90th Percentile Population Consumption Level for Fructose. 

Lowndes J, Sinnett S, Yu Z, Rippe J.
Nutrients. 2014;6(8):3153-68. 

Auteur : LOWNDES

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 58 - Décembre 2014 - N58014 (Réf 4576)