Les relations entre une faible glycémie (taux de glucose dans le sang) et une faible capacité à contrôler son attention, ses émotions ou son agressivité ont été démontrées dans de nombreuses études. En effet, lorsque l’énergie – provenant en partie du glucose – a été utilisée dans une première situation demandant de la maitrise de soi, elle n’est plus disponible par la suite et l’agressivité augmente. Cette étude menée auprès de 107 couples mariés depuis 12 ans en moyenne teste l’hypothèse qu’une faible glycémie pourrait être liée à une agressivité plus élevée envers son conjoint. La glycémie est mesurée le matin à jeun et le soir avant le coucher pendant 21 jours chez les deux conjoints. Pour mesurer l’agressivité impulsive, les sujets devaient planter de 0 à 51 épingles chaque jour dans une poupée vaudou représentant leur conjoint selon la colère qu’ils éprouvaient envers celui-ci. Cette procédure est une mesure validée des tendances agressives au sein des couples. Les résultats montrent comme prévu que le nombre d’épingles est moindre lorsque la glycémie avant le coucher est plus élevée. Après ces 21 jours, le comportement agressif des participants a été mesuré par un autre test validé : les participants devaient appuyer sur un bouton plus rapidement que leur conjoint à l’arrivée d’un signal sur un écran d’ordinateur. Le gagnant devait ensuite faire écouter un bruit désagréable à travers un casque audio à son conjoint perdant. L’intensité et la durée du bruit choisies par le conjoint gagnant pendant les 25 tests permettaient de mesurer l’agression. En réalité, c’est l’ordinateur qui sélectionnait l’intensité et la durée du bruit pour le perdant. Les résultats montrent qu’une glycémie moyenne moins élevée durant les 21 jours d’étude est reliée à une plus forte agressivité envers son conjoint. De plus, l’association entre la moyenne d’agressivité impulsive et le comportement agressif est significative, c’est-à-dire que ceux qui ont planté le plus d’épingles dans la poupée vaudou ont également sélectionné des bruits plus intenses et longs pour leur partenaire lors du jeu compétitif. Les auteurs concluent donc qu’une faible glycémie pourrait être un des facteurs contribuant à l’agressivité conjugale.

Low glucose relates to greater aggression in married couples.

Bushman BJ, Dewall CN, Pond RS Jr, Hanus MD.

Proc Natl Acad Sci U S A. 2014 Apr 29;111(17):6254-7.


Auteur : BUSHMAN BJ

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 57 - Septembre 2014 - N57006 (Réf. 4554)